Infection urinaire : les risques pour une femme enceinte

Dernière mise à jour: 23.01.22

 

L’infection urinaire est l’un des problèmes majeurs qui atteignent de nombreuses femmes durant leur grossesse. Les chiffres montrent que plus de 10% d’entre elles en souffrent. Dans cet article, vous trouverez de nombreuses causes comme la présence de la bactérie escherichia coli causant une infection urinaire.  Focus ! 

 

Infection urinaire : de quoi s’agit-il réellement ?

L’infection urinaire tout en étant enceinte est un cas très fréquent. Elle a lieu, notamment, lorsque l’on retrouve des microbes ou des traces de leucocytes dans les urines (on parle plus précisément de nombre élevé de globules blancs). Un problème qui touche malheureusement des millions de femmes en France. La leucocyturie sans bactériurie est le résultat d’un taux élevé de leucocyte dans l’urine. Elle ne montre d’ailleurs aucune bactérie durant la mise en culture. À noter que l’infection urinaire chez la femme existe en plusieurs types. 

Plus de 2 à 5 % des femmes enceintes sont souvent atteintes d’une infection sans symptômes. Malheureusement, si elle n’est pas diagnostiquée un peu plus tôt, elle pourrait causer des dégâts au niveau des reins. Ensuite, il existe également ce que l’on appelle la cystite ou plus précisément l’infection de la vessie. Elle est provoquée par la bactérie connue sous escherichia coli urine. Enfin, la pyélonéphrite, quant à elle touche généralement 1 à 2 % de grossesse. Il s’agit d’une infection des reins. 

 

Pourquoi touche-t-elle majoritairement les femmes enceintes ?

De nombreuses études montrent que l’infection urinaire et la grossesse vont souvent de pair. Oui, mais pourquoi ? En effet, cela est causé par la production d’hormones qui entraînent la dilatation de l’urètre. Le tonus des voies urinaires diminue largement à la suite de modifications chimiques. La protection des urines contre les microbes est, de ce fait, limitée. L’infection urinaire se produit généralement à partir du second trimestre de la grossesse. En effet, notez bien que durant ce stade, la pression au niveau des uretères rend le vidage de vessie encore plus compliqué. Il se peut que vous ayez envie de faire pipi et que vous ayez du mal à vider entièrement votre vessie.  Sachant aussi que la teneur en protéines et en sucre augmente considérablement durant la grossesse, la croissance des bactéries est donc en hausse. Chez les femmes, l’infection urinaire enceinte est déclenchée par le staphylococcus saprophyticus

Si la personne concernée n’agit pas rapidement, sachez que l’infection pourrait entraîner de nombreuses complications tout au long de la grossesse. À noter que certaines femmes sont beaucoup plus vulnérables que d’autres. On parle plus précisément de celles dont le taux de sucre dans le sang est élevé. 

Quels sont les symptômes qui ne trompent pas ? 

Pour que vous puissiez vous rapprocher d’un médecin le plus tôt possible, nous allons vous montrer les différents symptômes de l’infection urinaire. Le cas le plus courant se rattache à votre envie fréquente d’aller uriner. Pour certaines femmes, l’envie d’évacuer l’urine est énorme qu’elles n’arrivent à en produire que quelques gouttes. Si vous avez une sensation de brûlure lorsque vous urinez, vous devez vous alerter et agir en conséquence. Sachez aussi qu’avoir une urine foncée peut avoir un lien avec l’infection urinaire avec sang. 

Quand la durée de l’infection se prolonge, certaines femmes ressentent des douleurs au niveau des reins ou au bas du ventre durant la miction. Cette dernière est d’ailleurs souvent accompagnée d’une odeur inhabituelle et étrange. Dans certains cas, les personnes sujettes à ces problèmes ont des contractions ou perçoivent de légère pression dans le bas-ventre. Si une grande partie des femmes ressentent la plupart de ces symptômes, d’autres non. Cette raison explique pourquoi il serait toujours préférable de réaliser un test systématique. Pour diagnostiquer l’ infection urinaire enceinte, le médecin utilise une bandelette urinaire adéquate.

 

Infection urinaire chez les femmes enceintes : quels sont les risques ?

Lorsque vous remarquez des changements inhabituels sur votre corps, vous devez à tout prix procéder à un test de grossesse. Que vous comptiez en acheter un dans une pharmacie ou aller directement à l’hôpital pour réaliser une prise de sang et confirmer la grossesse. 

Durant la période de la gestation, une femme peut être particulièrement vulnérable. Sachez que l’infection urinaire pendant la grossesse, ou plus précisément la pyélonéphrite risque de déclencher le travail prématurément chez la future maman. Si le traitement de cystite n’a pas encore été entamé,elle pourrait entrainer des inflammations de reins.

Quand elle est accompagnée de douleurs et de fièvre, elle demande l’hospitalisation en urgence de la future maman. Le bébé né lors de cette période pourrait aussi être affecté. C’est pour cela que les médecins réalisent un test adéquat et administrent les traitements nécessaires au tout petit.  

Comment prévenir et traiter l’infection urinaire ?

Face à une infection urinaire, que faire ? La première étape consiste à aller directement chez votre médecin. Ce dernier déterminera d’abord le type d’infection urinaire ainsi que la bactérie en cause avant de commencer le traitement. Celui-ci se fait à base d’antibiotiques. Ne vous inquiétez pas, les médicaments mis en avant sont parfaitement adaptés pour les femmes enceintes.

Pour les pyélonéphrites, cependant, les femmes enceintes sont souvent hospitalisées afin de réduire convenablement les risques et de réaliser un bilan complet. En cas d’infection urinaire à répétition, le médecin propose généralement une liste d’antibiotiques que vous devriez prendre jusqu’à 1 mois et demi après votre accouchement.

L’infection urinaire chez les femmes enceintes peut être dangereuse. Pour limiter les risques, on vous conseille de modifier votre hygiène de vie. Premièrement, buvez 2 litres d’eau par jour au minimum. Vous pouvez aussi consommer régulièrement du jus de cranberry. Ensuite, pour baisser les multiplications des germes, choisissez bien les matières de compositions de votre vêtement. Privilégiez les sous-vêtements en coton au lieu des synthétiques. Enfin, pour la toilette intime, misez sur des savons non décapants au pH neutre. Après chaque rapport sexuel, faites toujours pipi. 

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES