Les couches et leurs substances toxiques : exposition des bébés

Dernière mise à jour: 18.06.24

 

L’ANSES a effectué un rapport en janvier 2019 pour faire connaître aux parents que les couches comportaient des substances toxiques. Bien sûr que cette annonce a choqué plus d’un. Très vite, la répression des fraudes a rebondi face à cette allégation et elle a réalisé un tableau plus apaisant. Ce dernier présente de bons résultats, surtout pour quelques marques. À travers ces lignes, distinguons les moins appréciables et les meilleurs produits en termes de couches pour bébé.

 

Les études révèlent des risques graves pour les bébés

Il y a deux ans, les parents français ont été secoués par le scandale sanitaire qui tournait autour des couches. L’information a fait la une des journaux, et des réseaux sociaux. À l’époque le fait qu’elles contiennent des substances toxiques a été confirmé par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES).

Le rapport sorti par cette entité a troublé 60 millions de consommateurs de couche qui pensaient faire le bon choix en optant pour cette alternative à l’égard de leur bout de chou. D’après ces études, les couches bébés renferment des éléments inattendus tels que du formaldéhyde, des dioxines, du PCB, des furanes et des hydrocarbures. Le plus étonnant, c’est que cette composition de couche inopinée est plus notée sur les marques soi-disant Bio.

Il est même possible que certains composants soient cancérigènes. Selon les analyses menées par les experts, ils peuvent « migrer dans l’urine et entrer en contact prolongé avec la peau des bébés ». Puisqu’il s’agit d’un mélange de constituants agressifs, l’effet à long terme est le risque de cancer. Tandis qu’à court terme, ces couches pour bébés peuvent conduire à différents problèmes de peau, tels que les allergies cutanées, les boutons et l’eczéma.

Moins de composants nuisibles

Toutes les marques de couches pour bébés ont dû rectifier la composition de leurs produits afin de rassurer les 60 millions de consommateurs de couches. Les fabricants ont alors eu 6 mois pour proposer une nouvelle formule dont le but est d’avoir des couches sans produit chimique ou moins toxique. Suite à un communiqué datant du juillet 2020, de grands progrès ont été observés sur les 32 références de couches étudiées.

 

Les couches à substances toxiques : le formaldéhyde pointé du doigt

Toujours selon les analyses supervisées par la DGCCRF, les couches conçues par certaines marques contiennent pas mal de formaldéhyde. Une fois encore, elles ont été rappelées à l’ordre et devaient trouver un moyen pour diminuer la teneur à moins de 10 % et cela à une durée de moins de 6 mois. D’après les spécialistes, les produits de ces quelques marques avaient un taux de formaldéhyde très en dessous du seuil d’exposition. 

En toute logique, cela est quand même assez élevé, ce qui expose les bébés à un effet d’accumulation dangereux. Néanmoins, il n’y a, jusqu’à ce jour, aucune preuve formelle attestant de la dangerosité de cette substance. L’association pour la santé des enfants suit également de près le dossier, et l’entité trouve que la composition réelle des couches n’est pas claire.

 

Les couches à substances toxiques : Une conclusion plutôt positive

Si l’on résume le dernier communiqué sorti le 23 février 2021 par le ministère de l’Économie concernant les 9 références prélevées, voici ce qu’il y a à retenir. Les seuils sanitaires imposés par l’Anses ne sont dépassés dans aucun produit. En effet, la part de furane, de PCB-DL et de dioxines est très peu. Et on n’y retrouve ni HAP ni allergène. Pour ce qui est du formaldéhyde, une amélioration a été constatée. Parmi les 9 modèles, seuls 4 d’entre eux ont une teneur élevée. Autrement dit, les dernières analyses faites par la DGCCRF montrent de bons progrès.

Les couches à substances toxiques : les bons et mauvais élèves

Après une mise à jour des couches bébé les moins toxiques 2019, voici les meilleures couches jetables recommandées en juillet 2020.

        Pampers Harmonie

        Eco By Naty

        Bambo Nature

        Joone

        Little Swimmers

Parmi les 9 couches étudiées à la fin de l’année 2020, 5 marques sortent du lot : Pampers Baby Dry (commercialisées en métropole), Marmailles Plus, Love & Green, couche Carry Boo et Aldi Chérubin. Ces modèles se distinguent par leurs seuils en dessous de 10 % pour les composants qui suivent : dioxines et furanes, formaldéhyde, dioxines, PCB-DL, Allergènes, HAP. Toutefois, Anses estime que la marque Moina Zaza peut apporter plus de changement à son produit en réduisant le Formaldéhyde (entre 25 % à 50 % des seuils sanitaires). Il en est de même pour les couches Pampers vendues à Mayotte et les Baby-Dry, car les analyses montrent des seuils sanitaires de 10 % à 25 % (un calcul effectué par Anses).

La majorité de toutes les marques créant des couches-bébé rassurent toutefois qu’elles sont prêtes à suivre toutes les consignes et réglementation appliquée, pour fournir des produits sans risques. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail remarque tout de même des difficultés d’analyse chez certaines enseignes, notamment sur l’incertitude de la provenance des matières premières

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES