Suivi de grossesse : qu’est-ce que la protéinurie ?

Dernière mise à jour: 20.04.21

 

Beaucoup de futures mamans sont de plus en plus inquiètes au sujet de la protéinurie pendant la grossesse. Quel est le taux de protéines normal ? Quel est le taux normal de leucocytes dans les urines ? Comment faire si ce taux est élevé par rapport à la moyenne ? Retrouvez dans cet article plus d’informations au sujet de cette anomalie de protéine dans les urines.

 

Décryptage de la protéinurie

La protéinurie est un terme scientifique qui désigne un taux anormal de protéines dans les urines. En général, une personne saine n’évacue pas de protéines dans ses urines étant donné qu’elles seront filtrées par les reins. Et lorsqu’on en trouve une trace, ne serait-ce qu’un taux léger qui dépasse la norme albumine, cela signifie que les reins ne remplissent pas correctement leur fonction. Mais l’atteinte rénale n’est pas la seule cause qui peut engendrer une protéinurie. 

L’infection urinaire, l’hypertension et le diabète peuvent également être à l’origine de ce genre de problème. À titre informatif, il est également important de noter que le taux normal de protéinurie chez un adulte en bonne santé est de 0,5 à 1 g/l par 24 heures.

Suivi de grossesse : l’importance de faire des analyses d’urine

Il est important de noter que l’excès de protéines dans l’urine est asymptomatique. Ce qui signifie qu’il n’est pas possible de savoir si le taux l’albumine dans les urines est normal ou en hausse. Mais certaines femmes ont affirmé qu’elles avaient détecté une anomalie vis-à-vis de leur santé suite à leur urine mousseuse. Quoi qu’il en soit, le seul moyen d’en avoir le cœur net consiste à faire un test urinaire. Cette méthode semi-quantitative est la plus utilisée surtout lors du suivi d’une femme enceinte. Il s’agit de la meilleure façon d’analyser le taux de protéinurie pendant la grossesse.

Le procédé consiste à détecter une trace d’albumine dans l’urine à l’aide d’une bandelette réactive. Et même si le résultat est normal, il est important de refaire cette analyse tous les mois jusqu’à la naissance du bébé. Pourquoi ?

Tout simplement parce qu’une protéinurie élevée peut être associée à un problème de santé menaçant la mère et le fœtus. Mais sachez qu’en ce qui concerne le taux de leucocytes, il faudra faire une analyse plus approfondie. Et en cas de leucocytes élevés dans les urines, un traitement jusqu’à terme de la grossesse sera envisageable. Seul votre médecin traitant donnera le verdict final. D’où tout l’intérêt du suivi avant même de penser à un transat bébé !

 

Quel est le taux de protéines normal chez la femme enceinte ?

Chez une femme enceinte, la limite du taux de protéines n’est pas de 0,15 g/l, mais de 2 g/l. Si lors d’une analyse il s’élève à 0,3 g/l, des analyses complémentaires seront à réaliser. Il est essentiel de noter que les causes de la hausse de protéines, chez la femme enceinte, ne sont pas uniquement liées à une infection rénale ni infection urinaire.

La protéinurie pendant la grossesse peut parfois cacher des pathologies graves qui peuvent survenir en cas de stress intense liée à la gestation du fœtus ou à la prise de médicaments. Raison qui explique pourquoi il est important de faire un check up tous les mois et non pas chaque trimestre.

 

Comment faire baisser les protéines dans les urines ?

Vous avez réalisé une analyse d’urine ou une biochimie urinaire ? Les résultats indiquent un rapport microalbuminurie créatininurie élevé ? La première chose à faire est de ne pas paniquer. Certes, il est vrai qu’une créatinine urinaire élevée ainsi qu’un taux de protéinurie qui dépasse la normale représentent un danger pour la santé du bébé. Le risque majeur concerne la pré-éclampsie communément appelée toxémie gravidique. 

Ce dysfonctionnement du placenta se caractérise le plus souvent par une hypertension artérielle, une prise de poids avec œdèmes, un mal de tête fréquent, des douleurs abdominales. La pré-éclampsie peut survenir à n’importe quel stade de la grossesse, même lors du premier trimestre. D’où toute l’importance de redoubler de vigilance.

Quoi qu’il en soit, sachez que comme toute pathologie, une prise en charge rapide permet d’émanciper les risques d’une fausse couche ou de pré-éclampsie. D’ailleurs, plus d’une femme enceinte a fait face à cette situation, mais elles ont quand même réussi à mener à bien leur grossesse. Alors, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin traitant. Si une hospitalisation est à envisager, ne craignez rien. Il s’agit d’un mal pour un bien.

Bien gérer sa grossesse

La grossesse peut parfois être compliquée surtout si votre taux de protéine est assez élevé par rapport à la moyenne. Mis à part les traitements que votre médecin vous prescrira, il faudra également faire attention à votre régime alimentaire. Dans cette lancée, pensez à bien équilibrer votre alimentation. 

Pour commencer, limitez la consommation de protéines animales. Si éventuellement, vous ne pouvez pas résister, vous pouvez vous laisser tenter par un filet pétri avec le meilleur hachoir à viande. Attention quand même à ne pas en prendre trop souvent. Faites également une croix sur les produits trop farineux et pensez à les remplacer par des fruits et des légumes bio. En ce qui concerne le sel et le sucre, il faut établir une limite. Par la même occasion, il ne faudra pas négliger l’eau. Buvez-en autant que vous pouvez pour mieux assainir vos reins et pour le bien-être de votre bébé.

Si vous êtes végétarienne, pensez à redoubler de vigilance, car votre corps aura besoin de plus de fer. Prenez des compléments si cela s’avère nécessaire afin de limiter tous risques de complications pendant l’accouchement.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments