Les bienfaits de l’homéopathie pendant l’accouchement

Dernière mise à jour: 04.12.21

 

L’accouchement est le moment où le stress, l’inquiétude, le manque de confiance, la faiblesse, la perte d’énergie, et bien d’autres événements se succèdent pour perturber la future maman. La péridurale ? Oui, elle peut être une bonne option. Mais avez-vous déjà entendu parler de l’homéopathie ? Ce traitement s’avère le plus efficace si on l’utilise durant toute la période de la grossesse, mais surtout au moment de l’accouchement. Faisons le point !

 

Homéopathie : de quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’une médecine naturelle d’origine allemande trouvée la première fois en 1796. Cette méthode thérapeutique servait à soigner une personne malade avec des médicaments administrés, mais avec une dose extrêmement faible. Elle sert à revigorer le corps pour être capable de se soigner lui-même – l’effet placébo

Malgré les contestations, ce type de traitement a connu un grand succès au cours de ces dernières années. Bon nombre de spécialistes l’approuvent du fait qu’il promet un résultat optimal. C’est pour cette raison que l’homéopathie est la solution idéale en guise de traitement pour les femmes enceintes, notamment durant l’accouchement.

Compte tenu du succès incontestable de l’homéopathie, les industries pharmaceutiques se sont ruées dans la conception de médicaments homéopathiques. L’homéopathie est souvent produite sous forme de petits comprimés, de pommades, de gouttes ou de gels.

 

Homéopathie et accouchement : quel rapport ?

A priori, l’homéopathie est une médecine dépourvue d’effets secondaires. Mais force est de constater que si une femme enceinte ne se prépare pas convenablement avec le traitement d’homéopathie et accouchement, des difficultés pourront se présenter. Cela pourra entraîner des risques d’une césarienne imprévue, un déclenchement ou encore une suite de sensations douloureuses. En revanche, si elle suit le traitement en biothérapie, les chances d’accoucher sereinement et sans aucun risque sont plus élevées.

Dans une autre lancée, l’homéopathie est un traitement qui respecte la physiologie des femmes enceintes. Selon le Dr Charvet, une gynécologue-obstétricienne, ce traitement est contraire aux médicaments allopathiques, car est garanti sans aucun effet secondaire.

Quoi qu’il en soit, si vous aimeriez profiter de l’homéopathie, il convient toujours de demander l’avis d’un médecin. De la sorte, vous pouvez éviter les risques de surdosage. Même si l’automédication est autorisée pour tout le monde, l’autodiagnostic ne l’est pas encore jusqu’ici.

L’effet de l’homéopathie juste avant l’accouchement

Le duo homéopathie et accouchement se veut indispensable lors de la période post-accouchement. Vous savez certainement que le niveau de stress chez la femme enceinte est plus élevé quelques semaines avant le jour J. En ce sens, les granules homéopathiques sont la meilleure solution pour éviter les contractions précoces générées par l’excès de stress

Pour cela, il est essentiel de prendre 5 granules d’actaea racemosa 9 ch par jour durant trois semaines. Cela permettra d’améliorer la dilatation du col. Mais il n’y a pas que ça ! Les angoisses seront atténuées avec ce médicament et les contractions seront moins douloureuses.

Si le stress persiste pendant tout le 9e mois de grossesse, la future maman devra prendre l’ignatia en 15 ch ou bien l’ignatia en 9 ch. l’action de ce médicament affecte les spasmes utérins et permet de diminuer les contractions fortes.

Quand le grand jour d’accouchement arrive, la prise de gelsemium en 15 ch est fortement recommandée. En tant que future maman, vous pouvez tout de suite préparer le coussinet d’allaitement étant donné que le lait maternel va monter même avant l’arrivée de bébé. Le gelsemium est aussi disponible dans d’autres dosages. Vous trouverez : le gelsemium 5 ch, le gelsemium 7 ch, le gelsemium 9 ch ou encore, le gelsemium 30 ch.

Quoi qu’il en soit, le jour de l’accouchement, le gelsemium 9 ch le 15 ch se veulent plus efficaces. Il est vrai qu’à ce moment-là, les contractions montent en flèche puis s’arrêtent brusquement. Mais la prise de ces comprimés avant de partir à la maternité réduit la panique et diminue les sensations de douleurs provoquées par les contractions.

À titre d’information, même le futur papa pourra prendre cette dose. De la même manière que l’homéopathie agit sur une femme enceinte, elle peut provoquer les mêmes effets chez la gent masculine.

Homéopathie et accouchement : le rapport avec les contractions

Il se peut que les contractions soient peu espacées. Ce qui va rendre l’accouchement plus délicat et long. Dans cette lancée, la prise de calophyllum est recommandée. Le calophyllum est une plante connue sous le nom de « plante des femmes ». Ce sont les Amérindiens qui l’ont nommée ainsi.

Quand le calophyllum est pris sous forme de comprimé avec un dosage de 5 ch toutes les 15 minutes avant l’accouchement, les contractions seront régularisées. On peut augmenter la dose du calophyllum en 9 ch toutes les demi-heures si l’accouchement se retarde. Attendez-vous à ce que les contractions deviennent de plus en plus fréquentes par la suite. Cela veut dire que le traitement homéopathique fonctionne comme il se doit.

Notez toujours que l’homéopathie devra être assistée par un membre de l’équipe médicale pour éviter les mauvaises surprises. Il arrive parfois qu’une péridurale soit effectuée si et seulement si les contractions ne s’atténuent pas même après la prise du traitement. Notez également que l’homéopathie ne déclenche pas le travail. En revanche, elle sera d’une grande aide pour la dilatation du col.

En dehors du calophyllum, vous pouvez aussi prendre une dose de folliculinum 9 ch et d’actaearacémisa ; après 6 heures il est conseillé d’ajouter une autre dose, mais avec un dosage de 15 ch. Une folliculinum en 30 ch sera encore nécessaire après une autre 6 heures. Cela pourra aider une femme enceinte à donner naissance à terme.

Si jamais un déclenchement a été déjà prévu à l’avance par le médecin, il faudra prendre de l’actea racemosa 1 jour avant. Cela devra être accompagné de 5 granules de caulophyllum qu’il faudra prendre au moins 6 heures avant de se rendre à l’hôpital.

 

L’homéopathie après l’accouchement 

Est-ce que l’homéopathie et l’accouchement vont de pair ? Oui. Il faudra privilégier la prise d’arnica Montana en 9 ch juste après l’accouchement. La fréquence de prise est de trois fois par jour et la durée est d’une ou deux semaines. Cela favorise la cicatrisation rapide du périnée.

Parfois, la montée de lait peut aussi être assez douloureuse. Dans ce cas, il faut prendre un bryonia en 9 ch ou du pulsatile en 15 ch. Si vous voulez atténuer la dose, prenez le pulsatile en 9 ch. La colocynthis en 5 ou en 9 ch limite également les risques d’hémorragie post-accouchement. 

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES