Quelles mesures prendre pour prévenir de la mort subite du nourrisson ?

Dernière mise à jour: 25.10.21

 

La mort subite du nourrisson, la crainte, le cauchemar de tous les nouveaux parents. Les médecins en parlent, les entourages aussi. Ce terme souvent employé pour désigner le décès accidentel d’un bébé sans aucune raison apparente suscite de nombreuses interrogations. Peut-on l’éviter ? Oui. Les scientifiques ont levé le voile sur le mystère lié à ce mécanisme qui est longtemps demeuré inexplicable. Des facteurs de risques en sont à l’origine. Décryptage.

 

Qu’est-ce que la mort subite du nourrisson ?

La MSN est un décès brutal d’un bébé qui semble bel et bien en bonne santé. La plupart du temps, elle survient pendant le sommeil de l’enfant. Cette mort soudaine est la principale cause de décès chez les nourrissons et les bébés jusqu’à 1 an. Un nourrisson jusqu’à quel âge ? Les bébés qui viennent de naître jusqu’à leur un mois sont tous considérés comme étant des nouveau-nés. Au-delà, l’enfant est appelé nourrisson jusqu’à environ 2 ans.

Il faut savoir que la MSN est souvent assimilée avec la MIN ou mort inattendue du nourrisson. Pourquoi ? Parce que la MSN peut intégrer un ensemble de situations multifactorielles pour ne citer que : les décès inexpliqués lors de l’autopsie d’un bébé ; la mort survenue dans un contexte de pathologie d’apparition brutale ; un décès en lien avec une pathologie non diagnostiquée ; une mort due à un traumatisme ou une intoxication. Et que disent les statistiques ? En 2016, l’observatoire national de la mort inattendue du nourrisson a mis à jour le fait que la première cause de mortalité infantile en France est la MIN. En une seule année, près de 500 cas ont été recensés seulement en France.

Les causes de la mort subite du nourrisson

Si par définition, la MSN est la mort inexpliquée du nourrisson, les recherches ont permis de déterminer que certaines causes médicales y sont liées. Parmi les causes les plus fréquentes se trouve le facteur génétique. Mais les recherches sont encore en cours pour approfondir cette hypothèse. Un déséquilibre de la sérotonine peut également expliquer pourquoi les bébés décèdent aussi prématurément. D’ailleurs, ce déséquilibre en sérotonine représenterait 50% des cas de MSN dans le monde entier. 

Il y a également les intoxications médicamenteuses, les reflux gastro-oesophagiens mal tolérés, des malformations cardiaques ou respiratoires ainsi qu’un environnement trop chaud. Enfin, il y a les infections qui peuvent être à l’origine du décès d’un bébé.

 

Quels sont les facteurs aggravants la MSN ?

Les facteurs capables d’aggraver et d’augmenter les risques de MSN sont nombreux pour ne citer que : le tabagisme de la mère pendant la grossesse ; la grossesse gémellaire ; le bébé qui dort seul dans un matelas trop mou et enfermant avec un tour de lit ou non; une surchauffe de la chambre et un bébé trop couvert. Il faut également savoir que certains parents tendent à dormir leur bébé sur le ventre. Mais cette pratique s’avère être dangereuse étant donné le fait que les organes vitaux de l’enfant sont compressés. En cas de colique aiguë, faire reposer bébé sur le ventre pendant quelques minutes peut être bénéfique. Mais il faudra veiller à ne pas le laisser dans cette position pendant plus de 20 minutes.

 

Quels sont les symptômes qui pourraient indiquer la MSN ?

Une chose est sûre, la MSN reste partiellement inexpliquée. Mais des signes prémonitoires peuvent aider les parents à éviter cet incident. Dans 75 % des cas, la MIN est précédée par : un rhume, une forte fièvre, une hyperréflectivité vagale, une perte de connaissance, des convulsions, un malaise et des troubles de régulation thermique.

 

Comment prévenir la MSN ?

On parle assez facilement d’un comparatif de débroussailleuse à batterie, de problème de gastro, de conflit politique, mais jamais on ne parlera ouvertement de la mort subite du nourrisson. Un sujet délicat ? Oui. Et les parents qui ont vécu cette tragique expérience auront du mal à aborder ce sujet de nouveau. Pourtant, il est important d’en parler pour permettre aux autres de prendre des précautions.

Vous vous demandez peut-être s’il est possible de prévenir la MSN. La réponse est oui. Dans un premier temps, soyez attentif vis-à-vis de l’évolution de votre bébé. Après chaque bain, prenez soin de prendre sa température. Dans la mesure où elle dépasse les 37.5, contactez immédiatement son pédiatre. Pendant la tétée, veillez toujours à ce que son nez ne soit pas bouché par vos seins. Si vous le nourrissez au biberon, faites attention à ce que la tétine soit bien adaptée à son âge. Une tétine de 6 mois ne convient pas à un bébé de 2 mois. Il lui faudra une tétine premier âge pour éviter que le lait soit aspiré trop vite. Cela risquera de l’étouffer et de provoquer un reflux gastro-oesophagien.

En ce qui concerne le couchage, comment faire dormir bébé ? Pour le sommeil du bébé, prévoyez un plan de couchage doux, mais ferme. Évitez les matelas faits en mousse à mémoire de forme. Il faudra également s’affranchir des couvertures qui risquent de monter jusqu’au niveau de sa tête lorsqu’il dort. Préférez plutôt les gigoteuses et les Surpyjama. Et pour aider bébé à faire ses nuits, ne mettez pas d’oreiller et prévoyez d’installer un climatiseur pour que la température de sa chambre soit agréable en tout temps. L’installation d’une veilleuse pour bébé sera aussi de mise pour le bercer dans son sommeil.

Dans la mesure où votre bébé souffre d’infections ORL, même bénignes, pensez à tout de suite consulter un médecin. Il vaut mieux être une mère ou un papa poule que pas assez. Un bébé est un petit être fragile qui demande toute l’attention du monde. Si possible, évitez également que votre entourage l’embrasse sur les joues et encore moins des papouilles sur les lèvres. Les microbes et les bactéries qui prolifèrent dans la bouche d’un être humain se comptent par millions et ils pourraient causer des infections à votre enfant. 

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES