Comment reconnaître les fausses alertes d’accouchement ?

Dernière mise à jour: 07.05.21

 

Des contractions assez désagréables, une sensation de douleur inhabituelle, est-ce enfin le moment ? Pour ne pas se faire de fausses idées, renseignez-vous, ne serait-ce qu’un minimum, sur ce que l’on appelle un « faux travail ». Si c’est la première fois que vous entendez parler de ce phénomène, mettez-vous à l’aise, il n’est pas trop tard.

 

Accouchement : Les fausses alertes à retenir

Quand on parle de « faux travail », on fait référence à un épisode de contractions douloureuses, à intensité variable et qui semblent régulières. Cela peut durer plusieurs heures, sans pour autant affecter le col de l’utérus. Cela peut paraître improbable, toutefois, ce phénomène existe bien et cela n’annonce pas forcément un accouchement. On pourra également parler de « préparation de travail » pour positiver la situation, étant donné que cette situation de fausse contraction vous permettra de vous familiariser avec les sensations que l’on éprouve le jour J.

 

Quand est-ce qu’on parle de faux travail ?

On utilise ce terme lors du 9e mois de grossesse, c’est-à-dire durant les dernières instances de la gestation. Si des formes de contractions douloureuses font leur apparition avant même les 37 semaines d’aménorrhée, cela est qualifié de menace d’accouchement prématuré. Pour faire la différence, sachez que ces fausses alertes font généralement surface quelques jours ou quelques semaines avant la date fixée par la sage-femme ou le médecin traitant.

Comment reconnaître le début d’un travail ?

Parfois inconstant, vous aurez sûrement du mal à repérer ces contractions de travail, mais cela ne signifie pas pour autant que tout vous tombe d’un coup. Des pertes brunâtres à la fois épaisses peuvent vouloir dire que le bouchon muqueux s’est rompu et que le col commence à s’ouvrir petit à petit. La porteuse pourrait sentir un glissement du bébé vers le bassin, ce qui se traduit le plus souvent par un durcissement du ventre. Cela est dû au fait que l’enfant s’appuie de plus en plus sur la vessie, vu qu’il descend le long de l’utérus. Dans ce cas, vous avez eu raison d’avoir déjà acheté un matelas à langer, car il se peut que bébé arrive.

De plus, la femme pourra mieux respirer et avoir une meilleure digestion puisque la compression sur le diaphragme et l’estomac s’estompe. Une modification du bassin pourrait également se produire avec une démarche assez difficile. Dans ce cas, on parle de signe d’accouchement sans contraction. 

Les spécialistes reconnaissent ce phénomène comme étant « des contractions de Braxton Hicks ». Ces dernières peuvent disparaître au fur et à mesure que la position change et elles ne présentent pas de douleurs. Certaines porteuses ressentent à cet instant comme une envie de bouger, ce qui peut parfois les amener à s’investir dans une lourde tâche ménagère. Néanmoins, retenez que chaque individu est différent, ainsi il y a de fortes chances que ce ne soit pas votre cas !

 

Comment différencier les « vraies » des « fausses » contractions ?

Est-ce que la douleur peut nous donner assez d’indices pour reconnaître les contractions de début de travail ? Pas du tout, car cela varie d’une femme à une autre. Généralement, s’il s’agit d’un faux travail, les contractions se sentiront un peu plus sur le bas du ventre et elles restent assez régulières. Vous verrez également qu’elles ne vont pas gagner en intensité ni en fréquence, et s’arrêteront au bout de quelques heures. 

Une prise d’antispasmodique pourrait aussi provoquer les mêmes résultats. Celles qui caractérisent le travail véridique se reconnaîtront via leurs fréquences régulières. Espacées de 5 à 10 minutes et d’une durée de 30 à 60 secondes, ces contractions vont se resserrer très rapidement et deviendront de plus en plus fortes. Il est possible de mesurer ces sensations sous monitoring de contraction, c’est également une occasion pour la sage-femme de procéder à un examen obstétrical.

 

Que se passe-t-il au niveau du col lors du travail ?

Le seul moyen de s’assurer qu’il s’agit d’un faux travail, c’est probablement l’examen du col de l’utérus, plus précisément avec le toucher vaginal. Si la théorie est vraie, aucune modification du col ne se fera. Autrement dit, pas de dilatation, ni de raccourcissement ni un ramollissement apparent durant l’observation, mais ils peuvent y avoir d’autres indices.

 

Comment prendre en main cette amorce de l’accouchement ?

Il s’agit d’une période assez gênante et à la fois déstabilisante. En effet, c’est un peu comme des symptômes d’un col qui s’ouvre à l’avance. Souvent, la sage-femme vous conseillera de rester pour la nuit si vous résidez loin de la maternité et que vous êtes arrivé sur les lieux en soirée. Vous pourrez ainsi vous reposer et reprendre vos esprits avant de partir. 

L’astuce qui consiste à changer de position pour des contractions non douloureuses sera toujours valable, mettez-vous à l’aise le plus possible. Certaines peuvent choisir un bain relaxant pour mieux se détendre. Une technique de respiration spécifique appelée sophrologie que l’on apprend à la préparation s’avère également très efficace dans ce genre de situation. En outre, il existe l’acupuncture et l’homéopathie qui sont considérées comme une pratique acceptable pour se libérer, sans pour autant mettre en danger la progéniture.  

Comment traiter le faux travail et la contraction d’accouchement ?

La priorité du médecin ou de la sage-femme sera de calmer vos douleurs et vous donner un peu plus de temps. Pour cela, ils vont vous prescrire des médicaments : les antispasmodiques sont les plus utilisés, mais l’on peut également opter pour un antalgique dans le cas d’une sensation accentuée. Néanmoins, sachez que l’administration de ces médicaments ne fera pas disparaître entièrement les « fausses » contractions puisqu’elles peuvent réapparaître aussitôt.

En cas d’un vrai travail, il existe un moyen de soulager la maman déjà à terme de grossesse et cela consiste en la pose d’une péridurale. Cette méthode est un accompagnement qui permet de dilater le col de l’utérus sans subir la douleur.

Dans tous les cas, faux travail ou vrai, il est toujours important de rester sur ses gardes. Outre votre valise de maternité et toutes les paperasses qui pourront vous servir, pensez également à entretenir votre voiture pour éviter les mauvaises surprises. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous vous conseillons de passer sur un comparatif de batterie de voiture pour ne pas être pris au dépourvu.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments