Comment éviter de transformer son enfant en enfant roi ?

Dernière mise à jour: 20.09.21

 

De l’enfant roi à l’enfant tyran, il n’y a qu’un pas. Il a tout d’un dictateur, l’enfant roi impose ses propres lois et fait vivre un cauchemar aux parents. Surtout s’il s’agit d’un premier enfant, ce phénomène n’est pas rare, mais peut toutefois être évité si vous imposez depuis le début, de l’autorité et une limite à ne pas franchir. Mais attention, tout doit se faire avec respect, confiance et bienveillance. Plus de détails dans nos prochains paragraphes.

 

Qu’est-ce qu’un enfant roi ?

On peut presque l’associer à une sorte de syndrome de petit empereur, car justement l’enfant impose sa propre loi. Il est en permanence insatisfait, et ne supporte pas qu’on le contredise. Les menaces ou indignations des parents ne marchent plus sur lui. Très souvent, il a des excès de colère dès qu’il n’a pas ce qu’il veut, ou dès qu’on lui dit non. L’enfant-roi coupe la parole aux adultes et négocie leurs décisions. Dans certains cas, il peut même se montrer violent. Bref, l’enfant est capricieux !

Un cas très problématique, car si les parents ne sont pas assez patients pour traiter le conflit, ils cèdent à tous les caprices de l’enfant, et aggravent encore plus le cas. Entre 2 et 4 ans, il faut savoir qu’un enfant a encore du mal à séparer l’illusion de la réalité. D’après lui, tout ce qu’il souhaite peut se réaliser, ce qui est tout à fait normal à cet âge. C’est là qu’il veut s’affirmer, s’exprimer et réagir lorsqu’il n’est pas content. Généralement, c’est à ce moment qu’il est important d’imposer des règles et limites pour que l’enfant ne crée pas sa propre réalité.

Enfant roi : les causes

 – Surprotection des parents

D’abord, il faut savoir qu’un enfant roi n’a pas de carence affective, mais bien au contraire ! Ce phénomène survient souvent lorsque les parents se surinvestissent et offrent un trop plein d’affection, résultant souvent à une surprotection de l’enfant. Un cas qui s’explique entre autres, par une mauvaise conciliation entre le travail et la vie de famille. Effectivement, un parent très occupé à travailler la journée voudra compenser le soir en passant du bon temps avec son enfant. Comme réaction, celui-ci pourrait ne pas vouloir gâcher ce moment en réprimandant son enfant.

 – Enfant unique

Les enfants uniques n’ont pas l’habitude au partage et à la vie à plusieurs. Les parents ne peuvent pas comparer et ne sont pas conscients que le stade de l’enfant-roi approche. Comme il est le centre d’attention des parents, il est facile pour lui de tout décider, car il est le seul au pouvoir. S’il n’est pas bien cadré, l’intolérance à la frustration arrive vite.

 – La maternité tardive ou à l’adolescence

Pour une adolescente dont l’enfance a été mouvementée, le réflexe sera de donner à son enfant tout ce qu’elle n’aura pas eu. Dans le cas d’une maternité tardive pas contre, avoir le bébé est un choix. Depuis l’arrivée des méthodes contraceptives justement, l’enfant est désiré et est très chouchouté. Le degré d’attention est à son comble, ce qui revient au premier facteur de cause : la surprotection.

 – La structure familiale

Tout changement fait souffrir un enfant qu’il s’agisse de divorce ou de recomposition de famille. Les possibilités de négociation se multiplient, car s’il reçoit un “non” de la maman, il peut avoir un oui chez le papa. La culpabilité des parents face aux séparations les pousse aussi souvent à assouplir les règles familiales, ce qui nuit à tout l’encadrement.

 – Education « positive » mal comprise

Beaucoup de parents comprennent à tort le principe d’éducation positive, car nombreux sont ceux qui comprennent qu’il est interdit d’interdire. Les années 68, marquées par une éducation relativement stricte ont justement mené à cet assouplissement qui est malheureusement traduit de la mauvaise façon aujourd’hui. Les grands principes tombent à l’éclat et les parents veulent être trop bienveillants, dans le but de laisser s’exprimer leur enfant. Retarder les heures de coucher, accéder aux écrans même en voiture sur son rehausseur auto, tout lui est permis !

Enfant roi : les gestes de prévention

Votre enfant est insupportable et revendique haut et fort ce qu’il veut, et tout de suite ? Ce sont les premiers symptômes du syndrome de l’enfant roi. S’il est dans la phase cruciale entre 2 et 4 ans, c’est là le meilleur moment pour agir afin d’instaurer une discipline familiale. Mais comment ?

Il n’est pas question d’être trop autoritaire ou agressive. Il faut trouver le parfait équilibre entre laisser-aller et fermeté, ce qui n’est certes pas évident. Définissez des limites, mais agissez toujours avec respect. Notamment, il faut bien comprendre ses réactions en respectant le fait qu’il est un enfant, en le respectant et en vous respectant en tant que parent. En bref, vous devez retrouver votre rôle d’adulte.

Éventuellement, le changement ne doit pas se faire du jour au lendemain, mais plutôt de manière progressive. Commencez par exemple par une obligation par semaine comme le fait de faire son lit le matin, ou de se brosser les dents avant de dormir. Petit à petit, impliquez l’enfant dans des tâches ménagères qui lui donnent un sens de responsabilité.

Faites-vous confiance en tant que parent ! Dans ce sens, ne choisissez des punitions que vous serez réellement capable de réaliser. Dans le cas contraire, vous ne serez plus crédible. D’ailleurs, n’attendez pas d’être trop en colère pour imposer les règles, au risque de paraître trop agressif. Très important, attention à ne pas toujours le surprotéger de tout. Au contraire, faites-lui confiance et laissez-le découvrir certaines choses adaptées à son âge. Plusieurs spécialistes affirment également qu’un sport collectif aide beaucoup pour ce genre de situation, car il permet d’apprendre à l’enfant à jouer en équipe.

Il faut comprendre que si le syndrome n’est pas solutionné depuis l’enfance, le concerné peut être sujet à un comportement tyrannique une fois adulte. Si vous sentez donc que rien ne marche, n’hésitez pas à consulter un spécialiste.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES