Comment reconnaître un enfant hypersensible ?

Dernière mise à jour: 25.10.21

 

Le fait d’élever la voix, le moindre sursaut ou un incident bénin déclenchent régulièrement des réactions violentes intempestives chez votre enfant ? Il n’y a pas de doute, il est hypersensible. Même s’il est doté d’un caractère turbulent, son hypersensibilité reste un signe de mal-être qu’il faudra éliminer ou du moins, maîtriser. L’idée est d’éviter que ces réactions sensibles ne compromettent ni sa santé ni sa croissance. Comment alors s’y prendre ?

 

Comment définir l’hypersensibilité chez l’enfant ?

L’hypersensibilité chez l’enfant se définit par ses réactions souvent imprévisibles à un quelconque fait émotif. Il est immédiatement au bord des larmes à vos moindres réflexions à son sujet, il est secoué de tremblements ou de spasmes aux moindres cris autour de lui, il éprouve de la vulnérabilité aux soucis et préoccupations de ses parents, il lui arrive de s’émouvoir et de pleurer devant la souffrance de son animal de compagnie ou des enfants de rue… Cette anxiété quasi permanente et cette grande émotivité qui animent l’enfant ne sauraient plus être définies comme un trait de son caractère, mais traduisent plutôt un enfant angoissé et donc souffrant.

L’enfant hypersensible n’est pas en mesure de maîtriser son émotivité et sa réaction. Bien au contraire, il les extériorise facilement et va se complaire dans cette situation qui l’amènera à piquer de violentes crises de larmes, voire, à se traîner par terre…

De manière générale, l’hypersensibilité émotionnelle est qualifiée de constitutive chez les enfants en bas-âge, du nouveau-né jusqu’à l’âge de 7 ans. En cas de manifestation de la sensibilité, il est systématique chez les parents d’y trouver une parade, comme de le bercer, de lui donner l’objet de sa convoitise ou de répondre à ses attentes. En revanche, chez les adolescents, ce trait de caractère devient existentiel ou réactionnel et donc qu’il faudra vivre avec. Aucun remède ni traitement médical ne peut en venir à bout. La seule thérapie réside dans la maîtrise de soi, de ses propres émotions.

Les manifestations de l’ultrasensibilité chez l’enfant

Les symptômes varient d’un enfant à un autre. Toutefois, l’enfant hypersensible a l’intuition très développée et décèle des événements qui vont seulement se produire dans un avenir proche. Les signes les plus courants suivants devront vous alerter. Comment savoir si on est hypersensible ? Notez les caractéristiques suivantes chez votre enfant :

 – Votre enfant semble vivre dans un monde à part, isolé et complexe, et arbore les mêmes traits de caractère d’un enfant souffrant d’autisme.

 – Il a une imagination débordante, ses flots de paroles sont exacerbés et il ne tolère pas d’être interrompu.

 – Il s’émeut facilement devant un fait émouvant, comme un animal que l’on maltraite, un objet cassé, un autre enfant qui pleure, une musique mélancolique.

 – Il devient maladroit lorsqu’il se sent observé.

 – Par intuition, il remarque aussitôt l’anxiété ou les souffrances physiques ou morales éprouvées par ses parents, ses proches, son entourage… Il est trop sensible aux changements d’humeur tels que les larmes ou les éclats de rire.

 – Il a des réactions violentes aux bruits sonores, aux changements dans ses habitudes quotidiennes, il ne supporte pas les endroits bruyants et trop fréquentés, ni trop éclairés. D’où l’utilité d’un casque antibruit pour ces enfants.

 – Il a du mal à expédier plusieurs tâches à la fois et à faire un tri ou une sélection, il est introverti et reste longuement enfermé dans le mutisme.

 – Le fait de se faire gronder le met dans une situation de crise de larmes, il a des difficultés à se concentrer en classe et demeure généralement en retrait et à l’écart de ses camarades.

 – Chez le nourrisson, l’hypersensibilité émotionnelle se manifeste par ses réactions violentes au bruit, à un éclairage intense brusque, susceptibles de déclencher chez lui une hyperthermie ou des manifestations d’allergie cutanée.

Comment remédier ou pallier l’hypersensibilité ?

Le fait de réprimander un enfant hypersensible favorise davantage son isolement. Les psychologues recommandent plutôt les moyens d’aider l’enfant à maîtriser son angoisse et, partant, sa susceptibilité débordante. On pourra, par exemple, lui montrer un dessin d’enfant triste et lui demander de le redessiner en version enfant gaie et joyeuse.

Vous pourrez aussi ajouter une enceinte tv à votre téléviseur pour l’habituer aux effets sonores de ses émissions et jeux préférés et lui éviter ainsi de sursauter au moindre volume sonore. L’inviter à parler de son ressenti, de ses émotions, lui sera d’une aide précieuse, en positivant à l’aide de propos élogieux sur sa sensibilité, comme par exemple en faisant état de son sens de l’observation, son acuité et son intuition à deviner ce qui va se produire… Vous pourrez également lui expliquer les changements éventuels dans sa vie et ses habitudes quotidiennes de manière à le familiariser rapidement ou à l’aider à mieux les appréhender avec sérénité. Cette méthode devrait lui permettre de dépasser ses craintes et peurs.

En psychologie infantile, plusieurs questions doivent être posées pour cerner l’origine de cette ultrasensibilité chez l’enfant afin d’apporter la solution idoine. En effet, au lieu de gronder et de réprimander l’enfant pour ses réactions démesurées, il importe de se demander les raisons précises de ces réactions. Depuis quand a-t-il de telles réactions ? Quels sont les changements notables dans sa vie, susceptibles de déclencher de telles réactions ?… Les réponses à ces questions seront alors analysées en profondeur afin de déterminer la meilleure méthode d’en venir à bout de cette ultrasensibilité.

Occuper l’enfant dans des activités diverses est aussi une des solutions avancées par la psychologie infantile. Il en est ainsi des activités parascolaires, artistiques et sportives. Pour savoir quel sport pour hypersensible adopter, toutes les disciplines sportives adaptées à son âge sont valables du moment qu’elles permettent de canaliser l’énergie de l’enfant et lui permettre de se dépenser. 

Quant aux autres activités, faire des dessins et coloriages, peinture, ou encore l’engager dans un atelier chants et danses pourront l’aider à transformer sa faiblesse en force de réussite. L’enfant va alors se sentir capable et aura une meilleure maîtrise de soi, à avoir confiance en ses propres valeurs. Enfin, vous pourrez aussi lui confier des tâches ménagères classiques pour lui faire sentir à quel point il est utile.

L’hyper ou l’ultrasensibilité demeure jusqu’à présent un sujet de recherches approfondies dans le domaine de la psychologie. Aucun remède médical ne peut en venir à bout. Le soutien moral ainsi que l’adoption d’activités diverses permettront de retrouver une parfaite maîtrise de soi, seule garante de se défaire de l’ultrasensibilité. L’objectif est de transformer les faiblesses en force et énergies et de ne pas se laisser abattre. Le fait de vivre tant d’épreuves dans la vie quotidienne est aussi un moyen de combattre cette hypersensibilité. 

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES