Une dizaine de règles de sécurité à respecter lors de l’utilisation d’un rehausseur de chaise

Dernière mise à jour: 13.11.19

 

L’usage de ce dispositif devient impératif à un certain moment du développement de l’enfant. Après quelques mois sur une chaise haute, arrive alors le passage au siège d’appoint. Ce basculement vers cet accessoire doit s’opérer en toute sécurité. Ainsi les parents se renseignent toujours sur les quelques points suivants.

 

Quand l’utiliser ? 

Le recours à de nouveaux équipements et technologies témoigne de l’évolution et de la croissance évidente du bout de chou. Le petit parvient à s’asseoir tout seul, à interagir avec son environnement et encore plus à participer à table. Ces étapes de son développement s’avèrent naturelles. Et pour l’accompagner, des articles de puériculture indispensables tels que les rehausseurs de chaise ont été introduits sur le marché.

C’est à partir des 18 mois que les chérubins montrent assez de stabilité et d’endurance pour pouvoir commencer à s’installer dans ce type de dispositif. À cet âge, ils apprennent à se tenir seuls et à renforcer leur dos. Ils ne risquent plus de tomber vers l’avant ni de perdre leur équilibre. Au début, les parents installent occasionnellement le petit sur le meuble. Quelques minutes pour le dîner ou le déjeuner suffisent. 

 

 

Les étapes à suivre pour l’installer confortablement et sûrement

C’est la première fois que vous utilisez votre rehausseur ? À cet effet, commencez le travail en vous référant à la nature de vos sangles. Affichent-elles assez de robustesse ? Si oui, continuez en les insérant solidement sur la chaise stable qui sert de support. Pour y parvenir facilement, aidez-vous du guide d’emploi de l’appareil.

Une fois les fixations au point, ajustez la longueur de la ceinture de sécurité qui convient pour le maintien du petit. Vous connaissez la taille de votre bout de chou. Ainsi, agissez en conséquence. Réglez également la hauteur du spécimen et le plateau du devant.

Pour terminer, vous n’avez plus qu’à installer votre ange. N’attendez pas quelques minutes avant de lui mettre les harnais. Procédez immédiatement pour le préserver des chutes. Et même si le bébé est assis dans le dispositif, avec le maximum de protection, il ne faut jamais le laisser sans surveillance.  

 

Les points déterminants en matière de sécurité

Les parents ne doivent pas se tourner vers n’importe quel modèle pour leur progéniture. Comme celui-ci va supporter le bébé pendant plusieurs mois, voire des années, il importe de bien regarder tous les détails et non pas d’arrêter son choix sur un modèle juste pour son esthétique. En ce sens, le produit doit correspondre à l’âge, à la morphologie et au poids du petit.

En tant que père et mère, intéressez-vous particulièrement au contrôle de la robustesse de la pièce. Vérifiez point par point le système de freinage, de pliage, de verrouillage et les ceintures de sécurité dont dispose cet équipement.   

En outre, lors du montage de l’appareil, consultez et respectez à la lettre les mentions et les instructions d’assemblage et d’ajustement du spécimen. Les conditions d’utilisation du modèle sont également inscrites au niveau de sa notice ou de son étiquette. En cas d’incident, il se peut que des pièces de l’outil soient endommagées. Ainsi, pour le bien du nourrisson, faites appel à un professionnel pour remettre l’article en état.  

 

Les normes imposées par la loi

Comme tout autre citoyen, les enfants méritent ce qu’il y a de meilleur. Étant innocents et sans défense, ils ont besoin d’une protection optimale. Certes, les parents interviennent en premier ordre en tant qu’acteurs principaux, mais, les appareils législatifs se doivent aussi d’assurer leur part de responsabilité vis-à-vis de chaque nouveau-né et chaque être.

À cet effet, pour montrer leur attention particulière concernant la sécurité des petits, le pouvoir public a lancé le décret « puériculture ». Ce dernier fait le point sur la nature des accessoires et des outils incontournables pour accueillir les bébés de moins de 4 ans. Il relate des exigences de construction, des normes de fabrication et de la qualité des matières premières utilisées. Comme les produits industriels, ces articles de puériculture sont également régis par les obligations générales de sécurité enregistrées au niveau du code de consommation.

Sous son appellation légale, le décret n° 91-1292 du 20 décembre 1991 touche de nombreux éléments. Cela se rapporte notamment aux sièges-auto, aux rehausseurs, aux mini-baignoires, aux tables à langer, aux barrières de lit ou de sécurité, aux accessoires et aux jouets de bains, aux berceaux, aux parcs, aux chaises hautes, aux poussettes, aux trotteurs, aux landaus, aux écharpes de portages, aux couffins, ou encore aux porte-bébés.

 

 

Les exigences de sécurité à respecter

Les règlements suivants visent à préserver les bouts de chou des risques liés à l’utilisation de ces outils. En ce sens, la loi impose :

Stabilité de l’appareil : Chaque article de puériculture doit disposer d’une structure solide, ferme, constante et particulièrement immobile pour assurer la sécurité des petits turbulents. Comme il est question d’enfant, la vigilance reste de mise à tout moment.

Robustesse : Ce point devient déterminant puisque le bébé bouge beaucoup dans la finalité de découvrir l’environnement qui l’entoure. Ainsi, le produit doit afficher une haute résistance aux mouvements du marmot.

Absence de nocivité : L’outil ne doit pas être dangereux pour le chérubin. Il ne peut causer des lésions, de brulure, de pincement, ni de suffocation. La structure et l’ergonomie de l’appareil doivent fournir le maximum de sécurité au bout de chou et ne disposent d’aucun élément facilement détachable par les mains.

Non-usage de produit pernicieux : Les matières premières utilisées lors de la conception de l’article ne contiennent pas de substances chimiques. Ainsi, le bébé ne risque rien en cas d’ingestion et d’inhalation du prototype.

Possibilité de réglage et d’ajustement effectué par les adultes : Ainsi, avant d’acheter un article quelconque, les parents doivent se référer à l’étiquette de l’outil pour vérifier les points précédents. En combinant les efforts des membres de la famille à veiller sur les bouts, aux impératifs gouvernementaux concernant la fabrication, le traitement et la sécurité des accessoires de puériculture, les enfants profitent d’une protection optimale contre les éventuels dangers domestiques.

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...