Trop de temps dans une balancelle : quelles conséquences ?

Dernière mise à jour: 05.06.20

 

Le rôle des parents en général, et de la mère en particulier, consiste à veiller au bon développement de leurs progénitures. Mais un petit moment pour souffler ne peut faire de mal, pour d’autres petites tâches. La balancelle peut aider en ce sens, à condition de ne pas en abuser.

 

Combien de temps dans une balancelle ?

De temps en temps, pour vaquer à des occupations quotidiennes ou personnelles entre deux moments où vous prenez soin de votre bébé, vous devez poser votre petit pour avoir les mains libres. Divers matériels peuvent vous aider dans cet objectif, parmi lesquels figure la balancelle. Cet accessoire d’appoint vous permet en effet de poser le petit dans un emplacement douillet. Il peut de surcroît disposer de quelques fonctionnalités susceptibles de le bercer ou de retenir son attention. Dans une certaine mesure, il peut même lui permettre d’effectuer une petite sieste, selon le moment de la journée ou la situation en cours.

Cependant, si cet accessoire apporte un semblant évident de bienfait, il n’en reste pas moins un matériel d’appoint à utiliser avec modération. Les spécialistes de la petite enfance, les pédiatres et tous les acteurs de la puériculture l’indiquent clairement : un enfant ne doit pas rester trop longtemps dans une balancelle. Il s’agit d’un accessoire dans lequel le petit ne doit rester que quelques minutes, le temps de vous laisser réaliser de petits travaux comme le ménage dans une chambre, la préparation d’un repas, une petite lessive ou d’autres activités qui ne vous demanderont pas toute une demi-journée.

D’après les spécialistes, il ne faut pas que l’enfant reste plus de 10 à 20 minutes dans une balancelle. Vous devez veiller à n’utiliser cet accessoire qu’en cas de besoin urgent, et encore, vous devez y recourir en respectant toutes les recommandations préconisées par le fabricant. En effet, de nouvelles normes de sécurité régissent désormais l’utilisation de cet équipement, établies par le CPSC américain (Consumer Product Safety Commission, ou Commission pour la Sécurité des Produits de Consommation). De nombreux cas d’accidents, dont certains mortels, ont abouti à cette situation. Pour ne pas parler des risques aux suites mortelles, voici quelques conséquences dangereuses à tenir en compte, pour vous dissuader de laisser votre petit trop longtemps dans une balancelle.

Un manque de tonus

Contrairement à ce que la plupart auraient tendance à croire, un bébé ne se développe pas qu’avec du lait et du sommeil. Il a également besoin de se divertir et de se mouvoir, pour remplir toutes les fonctions qu’il doit ultérieurement développer. Avec toutes les publicités qui vantent le mérite et l’utilité de cet accessoire d’appoint, vous avez sauté le pas et acheté une balancelle de bébé pas chère, pour pouvoir vous libérer de temps en temps. La première précaution à prendre, toutefois, consiste à vous rappeler de ne pas y « oublier » votre petit, sous prétexte qu’il a l’air de s’y sentir bien, ou qu’il semble y trouver un sommeil imperturbable.

Votre enfant peut en effet paraître bien calme dans sa balancelle. Toutefois, vous pourriez ignorer qu’il est simplement en train de perdre de sa vitalité. Comme il reste trop longtemps dans une même position, votre enfant ressent en fait de la fatigue et n’a plus la force de gigoter comme devraient le faire tous les bébés en bonne santé. Ce manque de tonus, évidemment, va se répercuter sur le reste de son développement, pouvant atteindre jusqu’à un retard ou un défaut psychologique.

 

Un tassement des os et des organes

En temps normal, lorsque vous restez dans une même posture trop longtemps, vos membres s’engourdissent, et vous avez besoin de changer de position pour vous sentir de nouveau à l’aise. Même dans les séances de yoga, vous devez adopter une autre posture pour compenser la précédente. Le principe est le même pour une enfant dans une balancelle, sauf que contrairement à un adulte, un bébé n’a pas encore la capacité mentale ni la force physique suffisante pour changer de position tout seul. En le laissant trop longtemps dans la position imposée par la balancelle, bien que confortable, cette posture prolongée agira à la longue sur son physique.

Selon les modèles, le petit est soit allongé et légèrement recourbé, soit allongé avec la tête plutôt relevée, soit en position presque assise. Dans tous les cas, laisser votre enfant trop longtemps dans une même position le condamne à un tassement des os et des organes, et même à une plagiocéphalie ou aplatissement de l’arrière de la tête. Pour éviter tous ces risques, il vous suffit de respecter les recommandations, et ne pas laisser votre bébé trop longtemps dans la balancelle, sous aucun prétexte.

Un retard ou un défaut de croissance

Pour bien grandir, il faut manger, dormir et bouger. Si les deux premières conditions se remplissent assez aisément, la troisième pourrait ne pas se produire de manière évidente, surtout dans le cas d’une utilisation prolongée de la balancelle. En effet, cet accessoire empêche l’enfant de bouger de manière optimale ses différents membres, et restreint en outre sa vision par rapport à son environnement. Contrairement au fait de le poser sur un tapis de sol, l’enfant ne pourra pas effectuer des mouvements naturels comme bouger les bras et les jambes dans tous les sens, tourner la tête et chercher du regard vers des endroits inaccessibles, entre autres.

Les différents tassements conséquents risquent alors d’altérer sa croissance normale, notamment au niveau de la formation des différents muscles, ainsi que la création et la croissance des os par exemple. Dans le même contexte, le laisser trop longtemps dans la balancelle risque également de provoquer un retard sur son éveil et le développement de ses capacités cognitives. Si la situation se présente, vous avez toujours la possibilité de consulter un ostéopathe ou un pédiatre spécialisé de la psychologie de l’enfance.

Pour éviter le pire, suivez les recommandations. Dans certains cas extrême, l’usage de la balancelle a même été indiqué comme un facteur d’accidents aux conséquences dramatiques, motivant les consignes actuelles.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments