Pour ou contre la barrière de lit ?

Dernière mise à jour: 23.08.19

 

Certains parents trouvent que cet équipement constitue un accessoire plus encombrant qu’utile. Pourtant de nombreux facteurs expriment ce besoin de sécurité dans la vie quotidienne des familles avec enfants. En lisant ces quelques lignes, vous y verrez plus clair et vous déciderez plus facilement.

 

La chute du lit : quels sont les réels dangers pour les enfants ?

Ce n’est un secret pour personne : les enfants et particulièrement les nouveau-nés sont d’une fragilité extrême qu’il est impératif d’y faire bien attention. En effet, ils peuvent tomber pendant que la maman ou le papa les change, mais surtout de l’intérieur de leur berceau si celui-ci est mal positionné ou inadéquat. Et même lorsque le bébé va vers ses 1 à 2 ans et qu’il n’est plus assez grand pour rentrer dans son couffin, il convient tout de même de se montrer prudent.

Une chute d’une hauteur de 40 à 150 cm pour le bébé peut déjà s’avérer mortelle. Cela dépend des cas, il arrive qu’un enfant de 1 an et demi meure d’une chute de moins d’un mètre. Plusieurs fractures peuvent survenir en particulier à la tête, ce qui est très délicat à soigner. Des hémorragies internes qu’on ne détecte pas forcément et dont on n’a pas idée se montrent souvent à un stade avancé. Et même si le nourrisson n’y laisse pas la vie, il se peut qu’il garde des séquelles tout au long de son existence.

Certains parents ne passant pas de temps avec leurs enfants et occupés par leur travail ne remarquent rien jusqu’à ce que les choses s’aggravent, pourtant à ce moment-là il est souvent déjà trop tard. Des blessures intracrâniennes engendrent de la fièvre et des nausées. S’ajoute à cela le jugement du personnel de santé sur les parents, maltraitant peut-être leur enfant. Et pour ne pas avoir à se confronter à ces désagréments, il vaut mieux prendre ses précautions avant même que le bébé n’arrive.

 

 

Les barrières comme solution

Comme préventions contre les chutes, les spécialistes vous conseilleront de ne jamais coucher ni changer le bébé n’importe où ou dans des endroits non normalisés. Ils vous recommanderont aussi de recourir uniquement à du matériel reconnu sûr et sécuritaire pour les plus jeunes. Cela signifie par exemple d’opter pour des tables à langer dotées de protection sur les côtés afin d’éviter au bébé de rouler surtout s’il est gigoteur.

Ce n’est pas parce que le poupon a grandi qu’il faut se laisser distraire. Le lit par exemple doit être conçu dans l’optique d’éliminer tous les risques qu’il se fasse mal en tombant. De cette manière, les fabricants préfèrent des modèles d’une hauteur moindre, afin que le petit garçon ou la fille puissent en sortir et y rentrer tout seuls. Et comme vous le savez, les enfants bougent souvent dans leur sommeil et quand ils sont réveillés. Ils adoptent plusieurs positions aussi improbables les unes que les autres. Il importe alors de les recadrer dans leurs lits. Les plus turbulents ne craignent pas d’escalader ces derniers et de monter sur les meubles. Ce que vous ne savez pas, c’est qu’en trouvant une référence adaptée à son âge, ses habitudes, et à sa couchette actuelle, vous prévenez ce mal.

 

Prendre n’importe laquelle : est-ce prudent ?

Avant tout, il importe de savoir qu’après les 3 ans du petit, il pourra s’en débarrasser. C’est juste à titre préventif, le temps qu’il s’habitue à son grand lit.

Ci-dessus, on peut déjà deviner que toutes les barrières ne vont pas à tel ou tel enfant. Pour lui en dénicher une adaptée, considérez quelques critères comme la taille et le modèle de lit. En effet, hormis les dimensions standards, certains pour des raisons d’espace préfèrent une taille personnalisée. Et même s’il existe des articles dits universels sur le marché, certains consommateurs ont encore parfois du mal à les installer. Parmi les longueurs, vous êtes amené à choisir entre 100 à 150 cm et la largeur, de 45 à 55 cm.

Ensuite vient la question du matériau, car oui, même là il faut aussi sélectionner ceux qui sont élaborés sains et inoffensifs pour les plus jeunes. On rencontre le bois, le plastique, et le tissu, mais avec des bords métalliques. Le matériau conditionne aussi la durabilité de l’équipement. En effet, les modèles en bois tiennent plus longtemps que ceux en filet ou en plastique, surtout pour les plus brutaux. Si vos enfants grimpent partout, le mieux pour vous reste la version en filet.

Une fois que vous vous serez décidé, mettez de côté une vingtaine à plus d’une centaine d’euros dans l’optique d’acquérir l’accessoire.

 

 

Faire des économies grâce à des choix malins

Certains parents dont le budget est assez limité, pour ne pas avoir à débourser des sommes colossales, adoptent des modèles pratiques qui leur tiendront des années. On en a par exemple de gonflables en mousse (la toute nouvelle génération) qui n’encombre pas au rangement et semble plus confortable pour les plus jeunes. Et si vous n’en avez plus besoin en tant que barrière, ils iront parfaitement sur votre sofa en guise de coussins ou à la tête et au pied de votre lit comme boudins. Les mamans les plus astucieuses l’utilisent aussi comme remparts pour le petit une fois qu’il est assez grand pour jouer sur un tapis.

Si votre enfant partage votre couchette, sur le marché, vous avez des modèles de 1m80 destinés aux lits d’adultes. Ils coûtent une petite fortune, mais avec leur côté pratique, cela en vaut la peine. D’ailleurs vous avez ici une liste des meilleures offres où vous pourrez comparer les produits entre eux afin d’être sûr d’adopter le bon. Vous y avez un large choix des plus sobres aux plus travaillées. Les références les plus performantes intègrent même des poches de rangement pour les jouets du choupinet ou de la choupinette.

Dans tous les cas, comme sa base se glisse sous le matelas et le sommier, vérifiez à chaque fois que les deux concordent. N’essayez surtout pas de la bricoler où vous feriez passer des risques inutiles à votre progéniture. 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...