Pour la santé mentale des mamans, faites dormir vos enfants plus tôt

 

Pour assurer l’épanouissement de l’enfant et la mère aussi bien sur le plan physique que mental, tous deux doivent profiter pleinement de bonnes heures de sommeil la nuit. En effet, la quantité et la qualité du sommeil d’un individu doivent être suffisantes pour qu’il puisse être en pleine forme la journée. À noter que le manque de sommeil peut entraîner des conséquences graves sur la santé humaine.

Nous avons constaté que depuis quelques années, le soir, les enfants dorment de plus en plus tardivement et le temps pendant lequel ceux-ci dorment a fortement baissé. Selon une étude récente, on remarque une perte d’environ 10 minutes par nuit chez les enfants de 3 à 12 ans. Pourtant, le sommeil agité peut affecter psychologiquement les enfants et les mères de famille. Et souvent, les mamans souffrant d’une dépression maternelle sont les plus touchées par ce problème.

 

La relation parent-enfant : le danger d’un sommeil agité

Selon une étude menée par plusieurs chercheurs, dont le psychologue Douglas M. Teti de l’Université de Pennsylvanie et publiée dans Child Development, les mères souffrant de problème de dépression réveillent souvent leurs enfants sans raison apparente au beau milieu de la nuit.

Cela est dû à leur sentiment d’impuissance, mais également à leur manque de contrôle apparent sur le sommeil et l’alimentation de leur bébé. Pour cette catégorie de mères, le contact avec leurs petits bouts est une manière rassurante de les apaiser. Effectivement, les mamans dépressives ont tendance à s’inquiéter plus, voire un peu trop de la santé de leur bébé pendant la nuit.

Malheureusement, ce type de comportement peut entraîner des effets néfastes pouvant nuire au bon développement du bébé, mais plus encore il rend la relation parent-enfant de plus en plus fragile. Sans parler du fait que cette situation augmente un peu plus chaque jour la gravité de l’état dépressif de la mère. En effet, le sommeil agité et tardif d’un enfant peut affecter la santé mentale de cette dernière.

Selon le psychologue Douglas M. Teti : « un enfant qui se réveille fréquemment durant la nuit peut causer des symptômes dépressifs très élevés chez la maman ». Effectivement, dès le réveil de l’enfant, celle-ci se soucie automatiquement et naturellement de ses besoins et principalement de leurs problèmes d’alimentation et de sommeil.

 

 

Conséquences d’un manque de sommeil chez la mère

Les effets du manque de sommeil ont été prouvés et traduits en pourcentage par une étude de l’INSV/MGEN. Selon celle-ci, environ 41% des parents ayant des enfants scolarisés ont des difficultés à réveiller leurs petits anges le matin. En outre, 11% de ces bambins somnolent en classe. De leur côté, les mères de famille voient leur santé mentale qui se détériore de plus en plus. Il arrive même que certaines mères finissent par devenir complètement dépressives. Pourtant, cette maladie mentale peut affecter le quotidien de toute la famille. Le manque de sommeil est très dangereux chez une maman.

En effet, les nuits agitées impactent sur sa performance et son humeur. La mère aura plus de difficulté à accomplir ses tâches quotidiennes et même les corvées ménagères les plus simples. Selon des études menées sur l’impact de l’insuffisance d’heure de sommeil par des chercheurs, dont le Docteur Heather Engleman, l’altération des réflexes et de la conduite due à une nuit blanche est bien plus grande que celle due à une alcoolémie.

 

Les effets du manque de sommeil chez l’enfant

Le manque de sommeil peut également facilement affecter la santé physique et mentale de l’enfant. En effet, un temps de 7 heures au minimum est requis pour ceux qui ont entre 6 et 12 ans et environ 8 heures pour les petits âgés de 3 à 5 ans. En dessous de ce temps minimal, l’enfant n’aura pas suffisamment dormi et donc ne profitera pas d’un repos réparateur essentiel pour son développement et son apprentissage.

Il encourra une dette de sommeil que même les siestes ne pourront compenser et qui pourrait affecter sa santé plus tard. Il est à signaler que le changement d’horaire ou encore l’usage des médias tels que les jeux tard le soir sont souvent à l’origine de la dette de sommeil susmentionnée. Elle peut causer des troubles de comportement chez l’enfant, un manque d’attention, des risques de dépression, un développement physique perturbé… .

 

 

Comment prévenir tous ces désagréments ?

Si les réveils fréquents de l’enfant sont à l’origine de la détresse parentale ainsi que de son manque de sommeil, il est possible de remédier à cette situation en mettant en place une heure de coucher régulière. Pour cela, il faut apprendre à l’enfant à autoréguler son rythme de sommeil. De son côté, la mère ayant tendance à s’inquiéter pour peu devrait suivre des interventions qui lui permettent de réduire ses symptômes dépressifs maternels.

Il est également recommandé d’encourager le soutien de la part du conjoint. Une plus grande participation de sa part permet grandement d’alléger les soucis inutiles de la mère et de favoriser la qualité de sommeil des parents et de l’enfant.

En outre, les mères doivent apprendre à s’autocontrôler et à bien identifier le moment où leurs enfants ont besoin d’elles la nuit. Le simple fait de se précipiter même pour des choses inutiles durant la nuit, tel qu’un gémissement, peut réveiller les bébés rompant ainsi ses cycles de sommeil.

Chaque mère doit donc porter attention à son état psychologique afin de ne pas perturber le rythme de sommeil aussi bien de son enfant que de la sienne. Et pour compenser la privation de sommeil la nuit, les mamans sont invitées à faire plus de siestes la journée. Plus encore, elles doivent collaborer avec leur entourage afin de s’offrir de temps en temps des moments de repos.

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...