Les enjeux du trotteur pour bébé

Dernière mise à jour: 20.05.19

 

Comme la plupart des articles de puériculture, les avis des parents divergent sur le cas du trotteur. Si certains sont « pour » l’usage de cet équipement, des adultes relativement « contre » déconseillent son utilisation. Que faut-il réellement en penser ? Comment apporter son aide à son enfant pendant ses premiers pas ? Focus sur ces matériels au cœur des débats. Nous vous délivrons également des recommandations pour accompagner votre bout de chou dans son étape de développement moteur.

 

Un trotteur suivant les normes

Au moment d’investir dans ce type d’équipement, il est préférable de vérifier s’il respecte la certification EN 1273 : 2005. Cette norme régit la conformité du matériel suivant des tests de qualité et de sécurité. De cette manière, les risques de blessures et de dégradations précoces du spécimen restent limités.

La largeur du trotteur doit également être inspectée. Elle doit être supérieure à celle de la porte pour que l’enfant ne puisse pas y passer et gambader dans toute la maison sans surveillance. De préférence, la présence d’une poignée serait un atout considérable. De cette manière, vous avez la possibilité de retenir bébé afin qu’il n’accède pas aux zones à risques. En parlant de ces endroits, l’usage d’un tel accessoire requiert l’acquisition de systèmes de sécurité tels que des barrières. Ces dernières sont généralement fixées en haut des escaliers (si vous avez une maison à étages) et dans les lieux où les enfants sont susceptibles de se blesser comme la cuisine ou la salle de bain.

Pour un emploi plus sécurisé de l’équipement, privilégiez les modèles dotés de freins ou d’un mécanisme de blocage de roues. Avec cela, vous pouvez facilement les immobiliser si vous ne souhaitez pas que votre enfant bouge de son emplacement. De plus, il est également préférable de fermer la porte derrière vous à chaque fois que vous en passez une afin d’empêcher l’accès à certaines pièces à vos petits monstres.

Assurez-vous d’éloigner votre bambin des appareils potentiellement dangereux comme les chaudières ou encore les cheminées, mais aussi des coins de tables. La meilleure alternative serait d’utiliser le trotteur sur un sol relativement lisse pour que l’enfant avance aisément et de manière sécuritaire.

 

 

Quelques avantages du trotteur

Selon certains parents, l’usage de ce matériel pourrait être bénéfique pour la motricité de l’enfant. De quelle manière ? Tout simplement parce qu’il l’aide à être plus autonome. Lorsque bébé se positionne à l’intérieur de l’équipement, il aura l’impression de se tenir dans un siège flottant. Pour bouger, il aura besoin de mobiliser ses jambes afin de pousser le trotteur. En avançant, en reculant ou en se déplaçant sur les côtés, il devra procéder de la même façon.

Sans intervention extérieure, votre bout de chou sera alors libre de tous mouvements. Ainsi, la confiance en soi s’installe petit à petit. Il peut donc être une solution pour que votre bambin s’initie lentement à la marche.

Le trotteur joue également le rôle de parc pour bébé même si ce n’est que pour de courts instants. Lorsque l’enfant se trouve dedans, il est nettement plus facile à surveiller, et les parents ont l’occasion de vaquer à leurs occupations pendant ce temps.

Dans certains cas, le dispositif s’utilise comme jouet d’éveil pour attiser la curiosité et le développement mental du bébé. Les concepteurs l’ont compris et ont rajouté à leurs équipements un plateau ludique contenant des accessoires stimulant tous les sens des enfants.

 

Des risques et des inconvénients

Les parents ne sont pas tous des partisans du trotteur. Si certains ont récolté des bienfaits, d’autres avancent des arguments ternissant la notoriété et l’emploi de ce type de matériel.

Des adultes insistent sur le fait que l’usage de ces équipements freine l’apprentissage du bébé de la marche. Des affirmations qui ne sont pas relativement fausses, mais pas vraies non plus. Il s’agit donc ici d’un retour d’expérience selon les conditions d’utilisation et l’environnement inculqué par les parents.

D’après l’Alliance européenne, le trotteur est un moyen qui offre un équilibre limité à l’enfant. Les probabilités de chute sont réelles en cas d’instabilité. De plus, pendant l’emploi de ces matériels, les bambins gagnent en vitesse et en mobilité, ce qui en élargit la zone d’action. Le positionnement du bébé dans le trotteur lui facilite l’accès à des objets en hauteur. Il est alors primordial de ne pas le laisser sans surveillance.

Les spécialistes de la petite enfance sont d’accord sur le fait que le trotteur doit être utilisé avec modération. Selon leurs dires, l’emploi excessif et de longue durée de ce matériel créerait une sensation de cocon chez le bébé, et le rendra moins autonome. Dans tous les cas, ils conseillent sur un usage pas plus d’une quinzaine de minutes en continu, et n’excédant pas 1 heure en une journée.

 

 

Plusieurs recommandations pour aider bébé à marcher

Que vous ayez décidé ou non de vous passer du trotteur, il existe cependant quelques techniques à assimiler pour bien accompagner votre enfant pendant ses premiers pas. Il n’y a pas d’âge précis pour initier un bébé à la marche. Laissez-le à son rythme. Ne le précipitez pas et ne le forcez pas non plus à se tenir debout. Il ressentira naturellement ces besoins en s’appuyant sur les murs ou autres supports. Au moment où vous remarquerez cette étape, vous constaterez que ses premiers pas seront pour bientôt.

Évitez de lui prendre les deux mains quand vous essayez de faire marcher votre bambin. De cette manière, il y aura toujours cette sensation de dépendance et il éprouvera quelques difficultés à devenir autonome. Pour y remédier, vous pouvez vous mettre devant lui en tendant les bras pour le motiver. Toutefois il est préférable de se placer à 1 ou 2 mètres au cas où.

Des pédiatres conseillent également d’éparpiller ses jouets un peu partout dans la pièce. Ainsi, en les voyant, il sera tenté de s’en approcher pour les ramasser.

Assurez-vous de vêtir votre enfant correctement. La meilleure alternative serait qu’il soit pieds nus. Si vous décidez de lui faire porter des chaussures, faites en sorte d’opter pour des modèles légers et dotés d’une semelle souple, légèrement montante pour protéger la cheville et pourvus de bouts renforcés pour préserver les orteils.

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...