Les bons gestes pour éviter la tête plate du nourrisson

Dernière mise à jour: 06.04.20

 

Au cours des premiers jours et jusqu’à 18 mois, la tête du bébé est encore fragile et malléable. Avant que les sutures ne s’assemblent totalement, les possibilités de tête plate peuvent survenir pour diverses causes. En voici les principales raisons, et les différents moyens que vous pouvez appliquer pour l’éviter.

 

Définition de la tête plate

Le crâne se compose de six os, qui avec le temps, se rassemblent par un mode de fusion appelé suture. Ce processus dure environ 18 mois, parfois un peu plus ou un peu moins en fonction de la vitesse et des conditions de croissance de l’enfant. Les parties vides sont appelées fontanelles, et elles constituent généralement les facteurs favorables à l’installation de la tête plate.

En effet, comme ces parties n’opposent aucune résistance, elles se plient littéralement à toute forme de pression qui peut venir s’y exercer. Une déformation de la forme de la tête, déjà préformée par les six os qui attendent de se souder entre eux, en résulte. Comme le mot l’indique, la tête plate se définit alors par un aplatissement de la tête à cause de pression exercée sur les os. L’on distingue en tout deux déclinaisons de cette transformation morphologique.

Le premier est catégorisé de brachycéphalie, ou tête plate totale. L’aplatissement concerne dans ce cas la totalité du crâne. Il peut se voir concrètement par un aplatissement de l’arrière de la tête et des côtés derrière les oreilles, des déformations éventuelles au niveau du visage, des bosses sur le front ou des fontanelles déplacées, pouvant entraîner une suture prématurée de la boîte crânienne.

Le second type de crâne plat est qualifié de plagiocéphalie. Dans cette situation, seule une partie de la tête du nourrisson est concernée, et il s’agit généralement de l’arrière du crâne. Dans tous les cas, dès les premiers aperçus, il est conseillé de vous rapprocher de votre pédiatre, qui vous prescrira la conduite à tenir. Généralement, tout rentre naturellement dans l’ordre, mais selon les cas, certaines mesures peuvent s’imposer pour favoriser le redressement.

Causes de la tête plate

Avant de détailler les différentes techniques de prévention, il importe d’en identifier les causes. Celles-ci peuvent en effet survenir de plusieurs manières, et dès la phase de grossesse, pas seulement après l’accouchement.

À ce propos, la grossesse peut effectivement constituer le facteur favorable à la tête plate. Les différentes postures que vous adoptez pour essayer de vous mettre à l’aise peuvent au contraire procurer un inconfort total au fœtus, notamment au niveau de sa tête qui peut alors en subir toute la pression. Il en est de même pour vos mouvements. Les gestes répétés durant un exercice de gymnastique peuvent être néfastes s’ils ne sont pas appropriés. La situation peut également se produire si vous attendez des jumeaux. L’étroitesse de l’utérus peut favoriser la pression sur les fœtus, pour se traduire par une tête plate dès la naissance.

La plagiocéphalie se produit également de manière presque systématique lors des naissances prématurées, ou suite à un torticolis congénital (une position fixe adoptée par le fœtus pendant une période prolongée, parfois jusqu’à la naissance).

Enfin, après l’accouchement, la principale cause de tête plate s’explique à 90% des cas par le fameux couchage sur le dos, conseillé par le corps pédiatrique et tous les spécialistes de la petite enfance, ainsi que les médecins. À force de s’appuyer sur l’arrière du crâne dans le berceau bébé, l’os concerné s’aplatit progressivement.

 

Les méthodes de prévention de la tête plate

Connaissant maintenant les causes, adopter les gestes et postures adéquats sera plus facile et compréhensible, afin de donner une belle tête à vos enfants.

Pour commencer, adoptez des gestes et postures adéquates lorsque le bébé est encore in utero. Ne forcez pas sur la gymnastique, au risque de renforcer la pression déjà portée sur le fœtus. Lorsque vous vous couchez, changez régulièrement de position, de manière à vous sentir à l’aise, mais surtout pour qu’aucune pression durable ne s’exerce sur la tête de l’enfant. Vous n’avez pas obligatoirement besoin de rester sur le côté gauche, vous pouvez très bien opter pour le côté droit, sur le dos ou même en partie sur le ventre, en vous servant d’oreillers.

Ensuite, vous pouvez également limiter les risques de tête plate partielle ou totale au moment même de l’accouchement. Selon les études, les positions classiques, notamment latérale gauche durant le travail, et gynécologique durant la poussée ne seraient pas l’idéal. Des positions moins conventionnelles, mais qui ont toutefois fait leurs preuves, devraient désormais s’appliquer pour l’accouchement. Dans la mesure des possibilités, une posture latéroventrale, une position à quatre pattes ou même accroupie diminueraient les pressions sur la tête et le cou du bébé au moment de la délivrance. Néanmoins, une bonne condition physique de la mère reste un impératif.

Enfin, la prévention de la tête plate s’effectue surtout après la naissance, et votre attention doit se porter sur plusieurs points, afin d’optimiser cette surveillance.

Tout d’abord, dès la naissance, observez la tête de votre enfant. Lorsque vous lui donnez le sein ou le biberon, il devrait se nourrir indifféremment du côté que vous lui présentez. Si dans le cas contraire il préfère une position à une autre, ou s’il tourne toujours la tête du même côté, la consultation d’un ostéopathe ou chiropraticien pourrait vous aider, pour déceler un éventuel torticolis.

Ensuite, prenez l’habitude d’alterner la position dans laquelle vous le couchez. Même si le faire dormir sur le dos constitue la règle fondamentale, optez de temps en temps pour un couchage sur le côté, respectivement gauche et droit. Mieux, inversez régulièrement la position tête et pieds, surtout si le berceau est placé contre un mur.

Lors de vos déplacements, limitez l’utilisation du siège auto ou de la poussette qui a tendance à fixer le bébé dans une position unique. Ceci favorise la pression au niveau de la tête. Au besoin, préférez le porter dans vos bras, ou à la rigueur avec un porte-bébé souple, en calant sa tête manuellement.

 

 

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier