Les besoins en eau du nourrisson : que donner à boire à un bébé ?

Dernière mise à jour: 15.09.19

 

Composante vitale pour l’organisme humain, l’eau demeure essentielle dès notre plus jeune âge. Elle hydrate et purifie notre corps. Les lèvres sèches, l’absence de larmes ou d’urine pendant des heures sont des signes montrant la carence chez le bébé. Mais à quel âge donne-t-on à boire à ce dernier ?

 

Quand offrir de l’eau à son enfant ?

Depuis sa naissance, le nouveau-né se contente du lait maternel jusqu’à un certain moment. Aussi fragile qu’il soit, son système immunitaire attend d’être plus mature avant d’assimiler une autre denrée. Le bébé commence alors à boire dès l’âge de 6 mois environ. À partir de cette période, l’eau alterne désormais avec le lait maternel. Ses papilles découvrent ainsi pour la toute première fois la saveur fade du précieux liquide. Un élément qui va composer en grande partie sa masse et son sang et ses milliards de cellules. Donc, n’hésitez surtout pas à donner à boire à votre tout petit quand il est temps.        

 

L’eau embouteillée

Afin d’éviter la malnutrition via une eau malsaine, il est préférable d’opter pour les eaux en bouteille. Conçu selon les normes de fabrication en vigueur, leur taux de nitrates faible convient le mieux au bébé. Par contre, l’usage de l’eau du robinet est risqué vu la défaillance des canalisations actuellement. De plus, l’intégration de produits détergents tels que le chlore à partir de la source fait que l’eau du robinet soit saturée. C’est pourquoi elle s’annonce dangereuse pour la santé du tout petit. D’ailleurs, l’apport en sels y est moindre. Or, ce composant est des plus importants pour l’organisme humain.           

 

 

Quelle quantité ?

Tout le monde se pose cette question, la réponse est la suivante : la quantité d’eau destinée au bébé varie en fonction de sa masse corporelle. Cela signifie, 125 ml en moyenne pour un kilo de muscle. Par conséquent si le vôtre fait 6 kg, il lui faut 750 ml d’eau par jour.  

Cependant, avant de donner les premières gouttes à votre chérubin, sachez à l’avance son poids en le pesant régulièrement toutes les semaines. En effet, sans que l’on s’aperçoive, le petit gagne facilement quelques dizaines de grammes supplémentaires en l’espace de quelques temps. Donc, soyez vigilant.

Toutefois, on remarque que, plus le bébé grandit, plus la quantité d’eau à ingurgiter diminue. De 6 mois à un an, son quota quotidien passe de 125 ml à 100 ml par jour. Par la suite, le volume ne fera que 40 ml par jour au final.

 

Jus de fruits

Outre que le lait et l’eau, les jus de fruits et légumes 100 % naturels sont aussi favorables au développement du bébé. À l’âge de sept mois et plus, vous êtes libre de ravir le palais de votre petit avec les menus jus de carottes, persils, pommes, ou encore bananes. En revanche, évitez de donner à votre enfant le jus de riz ou celui d’avoine ou d’amande. Ceux-ci ne sont pas adaptés pour les moins de deux ans. Cela est dû à leur maigre taux de protéines. Concernant la quantité, il n’y a pas vraiment de formule obligatoire, vous pouvez compter par exemple 60 ml de jus par jour pour votre bébé.

En contrepartie, la quantité d’eau pour votre bout de chou serait alors de 65 ml seulement. Cependant avant de se mettre à ces nouvelles recettes, il faut que vous habituiez votre enfant à apprécier l’eau. D’ailleurs, il n’y a que cette dernière boisson qui puisse apaiser sa soif.

Les breuvages sucrés sont à écarter du bébé durant ses premières années de vie. Quant aux boissons gazeuses, elles restent à extraire complètement de la liste. Cela afin de réduire à néant la dépendance aux sucreries dès le plus jeune âge de votre bambin.    

 

De quelle manière habituer le bébé ?

Avec des cris et des mouvements brusques, l’enfant a tendance à refuser de boire. La première raison est qu’il n’en ressent pas le besoin et la seconde est qu’il n’a pas soif. Pas étonnant, car il ne trouvera pas le goût fade très intéressant. Que faut-il faire alors ? Dans ce cas, vous allez lui fabriquer et lui proposer un biberon d’eau. 

En présence de la tétine, le nourrisson serait donc tenté non pas par la saveur, mais plutôt par l’envie de téter. Ainsi, vous remportez la partie en aspergeant quelques millilitres d’eau à votre chérubin. Si l’accessoire ne l’intéresse plus, il vous est conseillé d’aromatiser le bout ou bien le liquide en entier. Avec un parfum et une saveur légèrement fruitée, le petit sera plus séduit par l’idée de boire.      

Quand bébé est en âge d’avaler des morceaux, le bon biberon comme les verres d’eau sont à espacer. En effet, le bambin consomme de moins en moins de nourriture s’il s’est déjà désaltéré avant. C’est pourquoi il faut relayer de temps à autre céréales et eau ou lait. De ce fait, sa digestion sera conforme et sa santé de même que sa croissance s’avèrera plus sûre.   

 

 

Ce qu’il faut éviter

Le déficit en eau se compense par l’action de boire à répétition. À l’inverse, l’excès d’eau appelé « surhydratation » est plus complexe. Elle est engendrée par l’ingurgitation surélevée de fluides présents dans les aliments ou dans les liquides proprement dits, dont l’eau et le lait. La surhydratation se catégorise comme un cas assez inhabituel. Voilà pourquoi elle peut s’avérer fatale tant pour un enfant que pour un adulte. 

Dans cet état, le chlorure de sodium contenu dans le corps se retrouve dilué par l’H2O et les cellules quant à elles gonflées d’eau puis se dilatent sous la pression. Pour prévoir ce genre de situation, une visite chez le pédiatre reste le plus souhaitable. Les symptômes qui exposent l’excès d’eau pour une personne sont les suivants : troubles de l’équilibre, absence d’appétit, dégoût de l’eau, nausées, mal de tête, ou encore des trous de mémoire. Cependant, avec une maman ou un papa qui assure le bon dosage quotidien, bébé demeure à l’abri d’un tel danger.  

 

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...