Le biberon — on le stérilise ou pas ?

Dernière mise à jour: 15.09.19

 

Même si le but étant de prioriser le bien-être du nourrisson contre les bactéries, les avis divergent à propos du fait de stériliser l’équipement qui sert à le nourrir. Les spécialistes de la santé sont strictement contre cette idée pour bébé au foyer. Tandis que les parents font de leur mieux pour désinfecter eux-mêmes le récipient.

 

La stérilisation

Le processus consiste à neutraliser les microbes et bactéries susceptibles d’atteindre un sujet quelconque. Dans le cas du bébé, considéré comme une proie facile pour les micro-organismes, la stérilisation s’effectue sur son biberon afin de minimiser les risques d’infection. Ainsi, pour le bien-être de son enfant, les parents font tout leur possible en procédant de différentes manières dans le but de bien le désinfecter.

Les procédés sont les suivantes :

Une fois désassemblé, immergez complètement cet accessoire dans de l’eau bouillante durant 5 à 15 minutes. Puis, séchez l’ensemble à l’air libre avant de les utiliser à nouveau. A priori, les mains doivent être extrêmement propres pendant la tâche en question. 

Deuxième possibilité, trempez séparément les compartiments dans une eau au préalable mélangée avec un désinfectant. Après trente minutes d’immersion, cet équipement sera opérationnel après le rinçage. Troisième option, déposez pendant 20 minutes la bouteille, la tétine, le bouchon et la bague dans une micro-onde. Mais avant de se lancer, il convient de rincer l’ensemble et de les étaler sur un support une fois à l’intérieur de l’appareil. 

Le dernier procédé consiste à user du lave-vaisselle. Rien de compliqué, il suffit d’insérer les différentes parties dans une machine qui tourne à 60 degrés. Comme par magie, la stérilisation prend fin en quelques minutes seulement. D’ailleurs, cette dernière méthode est la plus efficace d’entre les précédentes.        

             

 

Non à la stérilisation  

Mais pour quelle raison ? Cela semble contradictoire cependant, une portion de micro-organismes ne fait pas de mal au bébé. La raison est que, le manque de bactéries rend le système immunitaire peu actif. Les microbes jouent le rôle de stimulateur, et favorisent ainsi la production d’anti-bactéries chez le petit. 

Le cas des enfants de rues illustre bien cet avis. Puisque, même en étant dans des conditions d’hygiène non adaptée, c’est-à-dire habitation au ras du sol, incluant déchets et détritus de toutes sortes, ils arrivent quand même à survivre et à avoir une bonne santé dans cet environnement où les microbes sont les plus abondants. Cela s’explique par le fait que, à force de traîner avec les ordures, leur système immunitaire se retrouve plus développé. Ainsi ils résistent beaucoup plus aux maladies par rapport à la majorité des personnes qui vivent dans un milieu plus sain. Cela n’évoque tout de même pas que l’on doit volontairement se salir ou ingurgiter n’importe quoi afin d’acquérir la dose exacte de bactéries. 

La seconde raison est que, la stérilisation de cet accessoire concerne surtout le nouveau-né étant alterné en maternité. Aussi fragile qu’il soit, le tout petit est très vulnérable à toutes les attaques bactériennes. Par conséquent, on se doit de le fermenter de manière chirurgicale. 

Dans ce contexte, les parents ne sont pas en mesure d’intervenir ni de réaliser quoi que ce soit. L’action est menée complètement par les médecins responsables du bébé, et bien sûr dans l’endroit idéal qu’est l’Hôpital. Après que le sujet ait atteint 3 mois environ, stériliser de façon professionnelle convenablement l’équipement qui sert à le nourrir ne se voit plus d’une importance capitale pour sa santé. Cela dit, un bon nettoyage maison suffit amplement dès que le petit arrive dans le foyer.        

La troisième idée stipule que, la stérilisation pratiquée chez soi n’est guerre correcte. Selon l’ANSM (Agence Nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) cette action ne se montre pas obligatoire dans des conditions pareilles. Cela puisque le simple fait de toucher cet accessoire durant l’opération affecte ce dernier et le rend non stérile. L’usage de gants et pinces particulières se voit nécessaire pour mener à bien cette tâche. De même que le toucher, le séchage à l’air libre dans la cuisine ne garantit pas du tout une réalisation réussie. En effet, l’air conditionné dans les laboratoires spécifiques reste essentiel pour parfaire le procédé.          

 

 

Nettoyer et non stériliser

Le terme « stériliser » est plutôt réservé pour le milieu hospitalier, là où les conditions de cette action sont conformes aux normes internationales. Seuls les professionnels dans le domaine savent réellement le vrai sens du mot. Uniquement ces élites confirmées restent aptes à réaliser de la bonne manière cette opération.   

Tandis que pour les parents qui y mettent de leur cœur pour ce faire, le terme nettoyage est plutôt adapté pour ce genre de situation. D’ailleurs, les spécialistes encouragent fortement les personnes sur cette lancée.   

Pour ce faire, avant d’agir, les parents devront être tout au moins informés sur le sujet et maîtriser ainsi les petits gestes qui comptent vraiment. Par exemple, avant la première utilisation de l’équipement, le rinçage est conseillé. De même, après que bébé ait fini de téter, un nouveau lavage devrait s’effectuer. Quant au séchage, au lieu de le placer directement sur la table, il faudrait placer le récipient dans un verre propre. Ou bien, encastrer l’accessoire dans un réfrigérateur après avoir été poli. Par contre, essuyer l’ustensile est fortement déconseillé durant l’entretien en question. La prolifération de microbactéries serait trop importante si les parents procédaient de la sorte.

Autre point à savoir, quand vous effectuez le nettoyage à chaud, l’eau dans laquelle il sera plongé devrait être portée à ébullition durant 15 minutes minimum. À la différence de la bouteille en verre, la tétine en caoutchouc devrait être immergée pendant 5 minutes seulement contre 10 minutes pour le récipient.    

Aussi, placez en tout temps le capuchon dès que bébé cesse de téter. Cette petite astuce semble négligeable sauf qu’elle réduit de 50 % le risque de salissure. Et pour concrétiser ces quelques conseils de nettoyage, la nourriture proprement dite se doit d’être de bonne qualité et bien saine pour éviter le problème d’infection gastrique.                     

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...