Faut-il pratiquer ou non le co-dodo ?

Dernière mise à jour: 22.08.19

 

Le sommeil est une des conditions primordiales qui impacte sur le bien-être et le développement du bébé. Une fois sorti de la maternité, vous commencez à assimiler les rythmes de votre nourrisson en termes d’endormissement. Et dans ce domaine se pose la même question : « devrais-je mettre bébé dans mon lit pendant son sommeil ou le mettre directement dans son berceau pour qu’il s’y habitue rapidement ? » Dans tous les cas, il reste le co-dodo ou co-sleeping. Cependant, cette pratique se voit être le sujet de beaucoup de débats actuellement. Ses bienfaits comme ses réels dangers sont alors abordés. Que faut-il réellement penser du co-dodo ?

 

Le co-dodo : qu’est-ce que c’est ?

Le co-dodo ou le co-sleeping ou encore le bedsharing est un mode de couchage réunissant parents et bébé dans le même lit pendant le sommeil nocturne. Il était déjà pratiqué dans le temps, mais avait quelque peu disparu avec l’arrivée des berceaux dans les environs du 18e siècle.

Aujourd’hui, le co-dodo refait surface et fait parler de lui dans les sociétés occidentales comme aux États-Unis. Cependant, les avis divergent sur ce qui est de son application. En effet, certains estiment que ce mode de couchage serait bénéfique pour les nourrissons comme pour les adultes concernés. D’autres ne partagent pas ce point de vue. Des études comme des recherches ont été réalisées et appuient les deux clans, les pour et les contre. Les nouveaux parents restent alors perplexes face à cette divergence d’opinions. De quelle manière procéder pour optimiser le bien-être du petit pendant son sommeil ? Telle est la question.

 

 

Quels sont les avantages du co-dodo ?

Les adeptes du co-dodo sont formels sur une chose : cette pratique favorise le rapprochement entre les parents et le nourrisson, surtout la mère, par la proximité du petit. En effet, pour la tétée, il suffirait d’un geste pour que l’enfant se retrouve dans les bras de sa maman. Ainsi, les fatigues nocturnes comme les insomnies se voient diminuées considérablement.

Il est constaté que pendant les premiers mois de la vie de bébé, les contacts sensoriels sont importants pour son développement. Le cosleeping fait alors partie des moyens les plus efficaces qui y contribuent selon plusieurs recherches et sondages. Il consolide le lien bébé-parent, car il apporte un sentiment de réconfort et d’assurance au nourrisson. Cela réduirait ses angoisses de se retrouver tout seul dans le noir et optimiserait la qualité de son sommeil.

Les partisans du co-dodo soulignent également la question de la sécurité. En dormant à côté de ses parents, bébé serait sous haute surveillance et s’expose moins à d’éventuels dangers. De plus, le co-sleeping permettrait aux parents de s’occuper facilement de leurs petits en cas de maladies.

 

Quels sont les risques ?

Le co-dodo ne présente pas que des avantages. D’après les personnes et les chercheurs qui ne sont pas d’accord avec ce mode de couchage, de tristes effets sont à développer. Selon eux, ces derniers sont multiples.

Pour commencer, les menaces d’étouffement restent élevées pendant cette pratique. Cela pourrait se produire avec l’usage des accessoires de literie pendant son sommeil comme les coussins et les oreillers. Le bébé pourrait aussi s’enfouir sous les draps, sous la couette ou s’emprisonner entre les différents éléments du lit.

Si l’enfant se trouve sur les côtés pendant la nuit, il existe également des dangers de chute. En effet, le nourrisson ne possède pas encore les bons réflexes. En un seul geste, il pourrait se retourner et tomber hors du matelas.

Si les parents décident de placer le petit entre eux, les risques d’écrasement thoracique sont élevés. Un des deux partis pourrait se renverser inconsciemment pendant son sommeil et « rouler » sur bébé. Une des causes de cette action serait la prise de somnifères ou de médicaments diminuant la vigilance et favorisant l’endormissement.

Les menaces d’hyperthermie ne sont pas exclues. La température corporelle des parents ajoutée à celle de la pièce en est la cause. Aussi, on distingue les risques liés au tabagisme passif, surtout si les adultes fument dans la chambre à coucher. D’après une étude, la pratique du co-sleeping multiplierait les dangers de mort subite des nourrissons.

Ce mode de couchage impacte également sur l’intimité du couple. Avec la présence de bébé au milieu du lit, les moments de rapprochement entre les parents ne sont pas évidents à réaliser.

 

 

Les effets du co-dodo ?

D’une manière générale, les avis des parents comme des spécialistes divergent sur le sujet. Si certains pensent que cette pratique reste bénéfique, d’autres sont moins convaincus. Les « contres » du co-sleeping affirment que ce mode de couchage influencerait l’indépendance de l’enfant. Cela peut avoir pour conséquence des troubles du comportement.

Cependant, aucune étude ne permet de justifier ces observations. Aujourd’hui, il n’en résulte qu’une seule recherche établie sur une durée de 20 ans avec le pédiatre J. Dev Behav en août 2002. Elle démontre qu’au final, le bedsharing ne serait pas la cause d’une quelconque modification de comportement ou de compétences psychologiques une fois le petit atteignant l’âge de l’adolescence.

 

Quelques conseils de sécurité

Si vous avez décidé de tout de même adopter le co-sleeping, il est tout d’abord impératif de consulter un pédiatre. Il vous délivrera ses conseils et les recommandations nécessaires pour mener à bien votre pratique.

Vous pouvez également projeter l’achat d’un lit co-dodo. Il s’agit d’un type de berceau ajustable que l’on peut facilement fixer au lit parental pour y dormir bébé et ainsi l’avoir à proximité sans se lever la nuit. Assurez-vous tout de même de bien l’installer en évitant les interstices.

Pour que votre enfant ait une qualité de sommeil optimale, il existe aussi quelques règles de sécurité que vous devez obligatoirement suivre. Faites en sorte de bannir les accessoires de literie comme les oreillers, les tours de lit, les couettes et même les peluches qui sont de potentielles sources de dangers pour votre bout de chou.

Évitez les couvertures et les draps. Privilégiez surtout les gigoteuses, qui ne présentent aucune menace d’étouffement. Positionnez votre bambin sur le dos afin de réduire au maximum les risques de MSN (Mort subite du nourrisson).

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...