Alléger ses angoisses face à l’arrivée de jumeaux

Dernière mise à jour: 21.11.19

 

Beaucoup de parents stressent quand le gynécologue annonce qu’ils vont avoir des jumeaux. Pendant quelques minutes, la panique s’installe. Ce n’est pas facile de s’occuper de deux nouveau-nés en même temps. Les doutes les envahissent petit à petit : comment gérer la grossesse déjà ? Comment prendre soin d’eux au quotidien ? Comment se passera l’accouchement ? Autant de questions qui se posent et effraient à la fois.

 

L’effarement s’installe sur tous les niveaux

Plusieurs paramètres nous mettent la pression face à la naissance de jumeaux. Nos paniques se traduisent sous de nombreuses formes : le regard des autres, le mode d’organisation de la famille à l’arrivée des petits, la médicalisation importante pendant les neuf mois, le processus d’accouchement. Ce sont autant de craintes qui occupent l’esprit des parents au plus haut point. Au regard de la communauté, porter deux bébés dans son ventre manifeste la forte fertilité de la maman. À un certain point, cela la rend différente et lui confère un statut à part. Dans bien des cas, il s’agit d’une bénédiction. Mais pour d’autres, c’est une sorte de malédiction : à chacun sa croyance.

En outre, la magie de l’accouchement est ternie par la peur que cela se passe mal. Comme on voit grandir deux êtres à l’intérieur de notre corps, on fait deux fois plus d’effort : on se nourrit pour trois, on traine avec un bidon énorme… il faut de la force.

Les suivis médicaux sont beaucoup plus fréquents et présents au quotidien, ce qui masque souvent la joie de la grossesse. Les mamans sont irritées par cet ensemble et ont peur de l’accouchement prématuré. À l’arrivée des enfants, de nouveaux doutes s’installent : comment s’occuper d’eux ? Comment leur montrer qu’on les aime de la même manière ? Côté budget, comment cela se passe ?      

 

 

Connaître les risques pour mieux se préparer

Prendre conscience de la réalité constitue une manière efficace d’avancer. Ainsi, on se tient prêt face à toutes les éventualités pour pouvoir les affronter positivement. Sachez que les principales difficultés rencontrées lors de la grossesse gémellaire se traduisent par les naissances prématurées. Les chiffres témoignent de ces faits : 80 % des bébés arrivent au monde plus tôt. Dans bien des cas, l’utérus ne dispose plus d’assez de place pour les deux.

L’autre conjecture relève de l’ouverture précoce de l’utérus due à la présence de trop de liquide amniotique. Souvent, les bébés ne sont pas victimes de séquelles importantes puisque les structures médicales et les avancées technologiques actuelles sont efficaces pour les accueillir. Néanmoins, des risques de problèmes respiratoires ou d’immaturité du système nerveux peuvent apparaître. Ils restent plus prononcés lorsqu’il est question de grossesse monochoriale à cause du syndrome transfuseur-transfusé. Tous ces détails nous imposent un suivi en permanence jusqu’au terme.

 

L’accouchement et le post accouchement

Les jumeaux sont à terme dès qu’ils atteignent les 37 et 38 semaines. Effectivement, ils sont plus précoces. Quand les médecins constatent qu’un des bébés a la tête en bas, on déclenche l’accouchement aussitôt. Toutefois, pour plus de sécurité, on priorise toujours la césarienne. Cette technique limite les dangers liés à une complication et favorise un contrôle rapide et une manipulation aisée des petits à la sortie du ventre de leur mère. Si les jumeaux arrivent à la date prévue et pèsent normalement, ils ne sont pas fragiles.

Après l’accouchement, les bébés doivent faire l’objet d’une surveillance permanente pour être sûrs de leur état de santé. S’il s’agit d’une grossesse monochoriale, alors les nourrissons sont plus sujets aux risques d’hypotrophie. Autrement dit, ils peuvent souffrir de retard de croissance. Ainsi s’impose la nécessité de garder un œil constant sur eux avant et après la naissance.

 

Les précautions à prendre le long de la grossesse

Dès les premiers instants où l’on découvre que l’on attend des jumeaux, il faut commencer son suivi médical. Il devient impératif de s’inscrire auprès d’une maternité. Le mieux est d’opter pour un établissement de niveau 2. Cette catégorie est apte à nous fournir les soins essentiels pour les grossesses à risques avec une unité obstétrique et néonatalogie efficace. Habiter près d’une structure de classe 3 serait parfait. Elle ne représente que 10 % des maternités et est recommandée pour les femmes enceintes de jumeaux.

Prenez également en compte la distance qui sépare l’institution de votre maison. Certaines mamans décident aussi de se faire aider par une accompagnante périnatale pour alléger leurs craintes. De cette façon, des réponses leur seront fournies à chaque moment de doute. En outre, la fatigue et l’excès d’effort sont à éviter. Il faut rester sereine autant que possible. N’oubliez pas non plus de respecter à la lettre les prescriptions de votre médecin et le régime à suivre. Et enfin, préparez soigneusement l’accueil de vos bouts de chou. 

     

 

Côté budget, comment faire et comment gérer ?

La première question qui nous vient à l’esprit quand on attend des jumeaux est : est-ce qu’on doit tout prendre en deux ? Et effectivement, certains achats doivent être réalisés de cette manière : le lit, les sièges auto, les chaises hautes et surtout la poussette double. Certains magasins offrent des remises ou des prestations particulières pour les parents qui vont avoir des jumeaux. Alors, n’hésitez pas à en profiter. Les couches et les nourritures pour bébé vont exploser votre budget. Ainsi, anticipez les dépenses matérielles bien avant la naissance.

Le plus important dans cette étape réside dans le fait d’accepter de se faire épauler. Que ce soit sur le plan économique ou sur le côté humain. Certaines associations accordent des aides financières aux parents de jumeaux. Ne lésinez pas sur vos droits. Des familles touchent des allocations qui dépendent du nombre de bambin et du revenu du ménage. Le PAJE ou Prestation d’Accueil du Jeune Enfant aident aussi beaucoup les papas et les mamans jusqu’aux trois ans des petits. En outre, n’oubliez pas la prime de naissance. Vous pouvez jouir d’autres allocations supplémentaires en fonction de votre situation.

Bref, acceptez les aides que l’on vous tend. Quand monsieur va travailler, madame ne sera pas capable de s’occuper toute seule de ses deux bouts de chou. Alors, entourez-vous de votre famille.     

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...